A visiter : les huit sites tunisiens inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO

La Tunisie prépare une demande pour inscrire la Table de Jugurtha sur la liste du patrimoine international de l'UNESCO

La Tunisie prépare une demande pour inscrire la Table de Jugurtha sur la liste du patrimoine international de l'UNESCO

Récemment le ministère des Affaires culturelles a tenu une cérémonie festive à Kalaat Senan (Gouvernorat du Kef) pour annoncer le début de la préparation d’un dossier pour faire inscrire la Table de Jugurtha sur la liste du patrimoine mondial de l »Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

En marge de l’événement, tout le monde a évoqué l’importance esthétique et historique de la table de Jugurtha, tout en espérant la voir inscrite sur la liste de l’UNESCO. Cependant, cet événement ne doit pas nous faire oublier que la Tunisie compte huit sites déjà inscrits sur la liste du patrimoine de l’UNESCO. Rappel…

La Médina de Tunis 
Inscrite depuis 1979 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Fondée en 698 autour du noyau initial de la mosquée Zitouna, elle développe son tissu urbain tout au long du Moyen âge, vers le nord et vers le sud, se divisant ainsi en une médina principale et en deux faubourgs au nord (Bab Souika) et au sud (Bab El Jazira). Actuellement, la Médina de Tunis garde encore son ancien charme et son architecture arabo-musulmane.  Elle constitue un passage incontournable pour les touristes qui viennent admirer l’ambiance d’antan de la Médina et découvrir ses spécificités.

2886802315_3baa72ab99_b

 

Site archéologique de Carthage
Défiant le temps, le site archéologique demeure triomphant pour dire et rappeler que les Carthaginois sont passés par là et qu’ils ont instauré une grande civilisation qui a su, à un certain moment, défier Rome. Sur le site de l’UNESCO on peut lire ce qui suit : «De fondation phénicienne, Carthage est un site archéologique étendu qui se situe sur une colline dominant le golfe de Tunis et la plaine environnante.  Métropole de la civilisation punique en Afrique et capitale de la province d’Afrique à l’époque romaine, Carthage a joué un rôle de premier plan dans l’Antiquité, en tant que grand empire marchand.»

carthage

 

Cité punique de Kerkouane et sa nécropole
La spécificité de cette cité punique consiste à «nous offrir les seuls vestiges d’une ville phénico-punique qui ait subsisté. Ses maisons ont été construites selon un plan type, suivant un modèle d’urbanisme très élaboré.»  Notons aussi que la Cité punique de Kerkouane, située à l’extrémité du Cap Bon sur une falaise qui domine la mer, apporte un témoignage exceptionnel sur l’urbanisme phénico-punique. Contrairement à ce qui s’est passé à Carthage, Tyr ou Byblos, aucune agglomération romaine ne s’est surimposée à la ville phénicienne dont le port, les remparts, les quartiers d’habitation, les boutiques, les ateliers, les rues, les places, les temples et la nécropole se dessinent nettement dans leur état du IIIe siècle av. J.-C

kerkouane-020316-1

 

 

Amphithéâtre d’El Jem
Capable d’accueillir 35.000 spectateurs, l’amphithéâtre date du IIIème siècle après Jésus Christ. Il illustre parfaitement l’architecture romaine faite pour accueillir les spectacles. On peut lire sur le site de l’UNESCO ce qui suit : «Le monument d’El Jem est un des exemples les plus accomplis du type architectural romain de l’amphithéâtre, presqu’au même titre que le Colisée de Rome.»

Amphitheatre_El_Jem(js)1

 

La Médina de Sousse
Sousse, important port commercial et militaire sous les Aghlabides (800-909), est un exemple typique de ville des premiers siècles de l’Islam. Avec sa kasbah, ses remparts, sa médina et sa Grande Mosquée, la mosquée Bu Ftata et son ribat typique, à la fois fort et édifice religieux, elle était l’un des éléments d’un système de défense de la côte.

Sousse

 

Kairouan
Appelé aussi la ville des Aghlabides. Elle est «fondée en 670, la ville de Kairouan a prospéré sous la dynastie aghlabide, au IXe siècle. Malgré le transfert de la capitale politique à Tunis au XIIe siècle, Kairouan est restée la première ville sainte du Maghreb. Son riche patrimoine architectural comprend notamment la Grande Mosquée, avec ses colonnes de marbre et de porphyre et la mosquée des Trois-Portes qui date du IXe siècle.»

Kairouan

 

La ville de Dougga
Le site archéologique de Dougga est situé dans la région du nord-ouest de la Tunisie, perché au sommet d’une colline à 571 m d’altitude dominant la vallée fertile de l’oued Khalled. Avant l’annexion de la Numidie par Rome, Thugga avait plus de six siècles d’histoire et a été, selon toute vraisemblance, la première capitale du royaume numide. Avant l’annexion romaine de la Numidie, la ville de Thugga, construite sur une colline surplombant une plaine fertile, a été la capitale d’un État libico-punique. Elle a prospéré sous la domination romaine et byzantine mais a décliné au cours de la période islamique. Les ruines visibles aujourd’hui témoignent de manière imposante des ressources d’une petite ville romaine aux frontières de l’Empire.

Dogga

 

Parc national d’Ichkeul
En quoi ce parc est-il unique? Le lac Ichkeul est le dernier grand lac d’eau douce d’une chaîne qui s’étendait autrefois le long de l’Afrique du Nord. Caractérisé par un fonctionnement hydrologique très particulier basé sur une double alternance saisonnière de niveaux d’eau et de salinité, le lac et les marais qui l’entourent constituent un relais incontournable pour des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs qui viennent hiverner à l’Ichkeul, selon le site de l’UNESCO. La même source indique que «le lac et les zones humides d’Ichkeul constituent un relais indispensable pour des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs – canards, oies, cigognes, flamants roses, etc. – qui viennent s’y nourrir et y nicher. Le lac est l’ultime vestige d’une chaîne de lacs qui s’étendait jadis à travers l’Afrique du Nord.»

Ichkeul

 

Par

Publié le 18/09/2017 à 16:00

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin