Lu pour vous : « Entre deux rives » de Riadh Ben Khalifa

Riadh Ben Khalifa

Le livre de Riadh Ben Khalifa relève de la recherche-action, également appelée “recherche-expérimentation” ou “recherche-intervention”. Cette technique de recherche demande de rester en contact avec le terrain.

L’objectif de cette démarche est d’apprendre à identifier des besoins ou problèmes. Avant d’établir une stratégie pour atteindre des objectifs de changement en réponse aux problèmes observés. Il faut trouver des solutions au problème après avoir fait des recherches concrètes. Il s’agit d’appréhender, trouver un problème social concret. La recherche devant permettre de préparer un plan d’action [1]. D’ailleurs, c’est ainsi que Riadh Ben Khalifa définit son travail (p.26).

Dans son livre, Riadh Ben Khalifa rend public, en le développant, le rapport de soutenance de sa thèse [2]. Ainsi que la synthèse qu’il a présentée lors de son diplôme d’habilitation, en 2020. Et les travaux qu’il a menés depuis lors.

Le livre retrace donc la trajectoire scientifique de l’auteur. Puisqu’il met l’accent sur l’enchainement entre sa thèse et ses travaux de recherche. Lesquels sont publiés depuis son intégration à l’Université de Tunis. Ils privilégient ses activités scientifiques au sein du laboratoire Histoire des économies et sociétés méditerranéennes. Ce qui lui donnait l’opportunité de collaborer avec des chercheurs de nombreux pays.

L’émigration de part et d’autre de la Méditerranée

Dans cet ordre d’idées, le sujet principal est l’émigration. En effet, ses travaux lui ont permis d’interroger l’encadrement des migrants, par la police et la justice et leurs stratégies de contrôle.

Suivant l’exemple de ses maitres, les professeurs Ralph Schor et Abdesselam Benhamida, il développe l’étude de l’émigration, de part et d’autre de la Méditerranée. De même que les contraintes, les parcours et le vécu des migrants. Apports intéressants, l’auteur élargit l’étude à l’espace subsaharien et au cas de la Libye, par sa collaboration avec l’université de Benghazi. Son étude sur les haragas, l’émigration clandestine post-révolution enrichit son livre.

De fait, Riadh Ben Khalifa s’érige davantage comme « un historien des frontières », enrichi par la subjectivité de ses plaidoyers et le « moi » de sa recherche expérimentation.

[1]  -Michel Liu, fondements et pratiques de la recherche action ; collection logiques sociales, 1997.

[2]  – Riadh Ben Khalifa, délinquance en temps de crise. L’ordinaire exceptionnel devant la justice des Alpes maritimes (1938-1944), thèse soutenue à la faculté de Nice, en 2009.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here