Le FTDES soutient le mouvement “Manich Msab” et appelle à fermer la décharge

covid-19

Le FTDES Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux a réitéré, jeudi, son soutien au mouvement “Manich Msab” (On n’est pas une décharge), d‘Agareb (Gouvernorat de Sfax).  Et ce, en appelant à respecter le jugement judiciaire émis en 2019. Jugement en faveur de la fermeture de la décharge d’El Gonna située dans cette région. Et à rompre définitivement, avec les anciennes politiques de gestion des déchets solides.

Le FTDES Forum a critiqué la politique de fuite en avant adoptée par le ministère de l’Environnement qui pousse vers la réouverture de cette décharge malgré l’opposition des habitants d’Agareb. De plus, il a appelé à ouvrir une enquête et à sanctionner les responsables des dépassements qui ont eu lieu dans cette décharge, depuis son entrée en exploitation.

Le FTDES a également dénoncé les tentatives de recours à la force pour la réouverture de cette décharge. Et ce, sous prétexte d’intérêt général et de respect des engagements envers la société « Ecotti ». Laquelle exploite la décharge, en attendant la mise en place d’un système de valorisation des déchets.

Sous couvert de l’intérêt général

En outre, il a aussi condamné les violations de la loi et de la Constitution perpétrées par des lobbies et des entreprises. Et ce, sous couvert de l’intérêt général et avec la complicité du ministère de l’Environnement.

Le forum a, par ailleurs, fustigé les déclarations du représentant du ministère de l’Environnement, selon lesquelles la décharge en question répondrait aux conditions techniques de bonne gestion des déchets. Malgré les dépassements révélés par la société civile (enfouissement de déchets médicaux, émissions dangereuses…). Tout en mettant en garde contre la montée de la congestion populaire contre la démarche des autorités visant à rouvrir la décharge comme solution temporaire.

La décharge contrôlée d’El Gonna a été créée en 2008 sur décision du conseil régional d’Agareb. Malgré l’opposition des responsables locaux et des habitants en raison de sa proximité du centre ville et des quartiers résidentiels. La durée d’exploitation de cette décharge a été initialement fixée à cinq ans. Mais son exploitation a été prolongée jusqu’à ce que des militants du mouvement “Manich Msab” (on n’est pas une décharge), venus d’Agareb réussissent à avoir un jugement en faveur de sa fermeture en 2019. D’ailleurs l’application de ce jugement à partir du 27 septembre 2021 provoquait une crise inédite des déchets à Sfax, deuxième ville économique du pays.

Le ministère de l’Environnement avait annoncé, le 8 novembre 2021, la reprise de l’activité de cette décharge. Et ce suite à un entretien entre le chef de l’Etat, Kaïs Saïed, la cheffe du gouvernement, Najla Bouden et le ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine. La réunion portant sur la situation environnementale dans le pays et en particulier dans la région de Sfax.

L’objectif de l’entretien était de prendre des décisions urgentes. Permettant de lever les déchets accumulés dans le gouvernorat de Sfax, depuis la fermeture de la décharge d’El Gonna, le 27 septembre 2021.

Reste que la tentative de réouverture de la décharge a été fortement contestée par les habitants d’Agareb ayant dénoncé l’usage excessif du gaz lacrymogène par les forces sécuritaires. Ce qui aurait causé, selon leur version, la mort d’un jeune manifestant, originaire de la région.

Cette version a été démentie par le ministère de l’Intérieur, qui indiquait que le jeune est décédé. Et ce, suite à un malaise dans sa maison située à 6 km du lieu des protestations.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here