Mais que se passe-t-il du côté de notre Gazelle nationale ?

gazelle

De gros nuages s’accumulent sur l’avenir du transporteur aérien. Et le dernier en date est la menace d’une saisie sur tous les comptes bancaires de Tunisair. A moins de payer la somme astronomique de 28 millions de dinars à ses débiteurs turcs. Récit d’un naufrage, hélas, prévisible de notre « Gazelle » nationale.

Une saisie sur tous les comptes bancaires de Tunisair? On s’y attendait, tellement les gros nuages s’accumulaient sur le transporteur aérien. Mais, telle une autruche, tous les gouvernements successifs repoussaient cette éventualité cauchemardesque qui a fini par se réaliser. Encore une tuile qui nous tombe sur la tête, à travers la « Gazelle »!

 Une dette astronomique

Ainsi, avons-nous appris par le biais d’une radio locale généralement bien informée qu’un huissier de justice se serait rendu, mercredi 17 février 2021, au siège social de Tunisair à la demande de la société turque TAV.

En effet, la compagnie aurait été officiellement avertie qu’une saisie-arrêt sur tous ses comptes bancaires serait effectuée. Et ce, si elle ne remboursait pas ses dettes auprès de la société TAV. Laquelle exploite l’aéroport international d’Enfidha-Hammamet ainsi que celui de Monastir-Habib Bourguiba. Sachant que la somme réclamée s’élève à 28 millions de dinars.

Interpelée sur cette grave affaire, Kehna Mamlouk, la directrice générale de TAV affirmait que le montant des dettes de Tunisair avoisine les 20 millions d’euros (environ 65,6 millions de dinars). Une dette qui remonte selon elle à 2015.

« TAV Tunisie a essayé de trouver des solutions durant les dernières années. Et ce, en présentant des facilités de remboursement et en signant des accords pour rééchelonner les dettes. Mais Tunisair n’a réussi à rembourser que 900 mille dinars versés au mois de mai 2019 », a-t-elle dévoilé.

Une saisie-arrêt préventive

Toujours selon la même source, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a effectué une saisie sur les comptes d’une des sociétés du groupe Tunisair; et ce, au mois de novembre dernier. De sorte que TAV Tunisie fut obligée de saisir la justice pour réclamer une saisie préventive sur tous les comptes bancaires de Tunisair.

Et d’ajouter que l’opérateur turc ne voulait pas arriver là mais qu’il cherche une solution satisfaisante pour les deux parties. Mais, « je suis responsable de la viabilité de la société et du maintien des salaires de mes employés qui s’élèvent à 700 mille dinars par mois. Certes, la suspension du trafic aérien à cause de la pandémie du coronavirus a engendré des difficultés financières découlant de la conjoncture économique difficile. D’ailleurs, TAV a été contrainte de licencier 180 employés récemment », soulignait Mme Mamlouk.

Démenti

D’autre part, la directrice générale de TAV Tunisie a vigoureusement démenti les déclarations du secrétaire adjoint de la Fédération générale des Transports, Elyes Ben Miled. Déclarations selon lesquelles TAV Tunisie devait plus de 400 millions dinars à Tunisair. Affirmant qu’en dépit des difficultés financières, la société a honoré ses engagements; sauf pour les frais de 2020 qui sont encore sujet de négociations.

Situation financière difficile

Par ailleurs, rappelons que la compagnie aérienne tunisienne se trouve actuellement confrontée à une situation financière difficile. Laquelle est aggravée par la pandémie ayant touché profondément l’ensemble du transport aérien international.

La preuve? Tunisair a connu une chute brutale de 69,7% des revenus du transport en 2020; ainsi qu’un important recul du nombre de passagers.

Alors, s’achemine-t-on, selon le secrétaire général du syndicat de base de Tunisair, vers une saisie conservatoire opérée sur tous les comptes bancaires. Et ce, comme première étape pour la cession du transporteur national.

Le coup de grâce en attendant la privatisation de la « Gazelle »?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here