Violence, agression au Parlement…et ça continue!

violence

Il ne se passe pas un jour sans qu’il y ait de la violence voire même de l’agression au sein de l’ARP. Ce qui est devenue monnaie courante. Une fois de plus cet énième épisode du sport favori, en particulier les députés hommes comme Seifeddine Malkhouf, député de la Coalition Al Karma qui était sur le point de frapper Abir Moussi, présidente du bloc parlementaire le PDL.

 

Une chose est sûre, ce qui se passe est dangereux. Mais rien ne justifie la violence. Les faits sont là, une bonne partie des militantes a dénoncé cette agression.

Rappelons que par la même occasion, la Présidente du PDL a reçu la délégation de l’observatoire du caractère civil de l’Etat composée par Mounir Charfi, Sana Ghenima et bien d’autres… qui sont venus apporter leur soutien à Abir Moussi et faire face à ce qu’elle subit, tout au long de l’année écoulée. Toutefois, Seifeddine Makhlouf a une fois de plus tenté agresser cette- fois-ci les militantes de la société civile.

Parole de Femmes

 

Pour sa part, Sana Ghenima, présidente de l’association Femmes et Leadership rappelle qu’il s’agit d’une vraie honte, une insulte réelle aux acquis de la société tunisienne. Elle déclare via son post: « STOP à la violence faite aux femmes! Tout notre soutien à Abir Moussi. Agir c’est prévenir avant que ça ne dégénère complètement avec cette montée vertigineuse de violence. D’ailleurs, on craint gravement pour le pays et pour les institutions devant ce fléau extrémiste dangereux avec la protection du Rached Ghannouchi. Et vous ne gagnerez JAMAIS par la violence. PAROLE DE FEMMES!  »

Rappelons que les élus sont censés veiller à l’application des lois et à respecter la Constitution. D’ailleurs, l ‘article 6, paragraphe 2 de la Loi fondamentale stipule  :  « … Il s’engage également à prohiber et empêcher les accusations d’apostasie, ainsi que l’incitation à la haine et à la violence et à les juguler. ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here