L’UGTT dénonce la violence verbale et physique à l’ARP

UGTT

Dans un communiqué publié le 27 janvier 2021, l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) a considéré que la violence verbale et physique s’est intensifiée depuis un certain temps.

Le communiqué a critiqué l’amplification de ce phénomène au sein de l’hémicycle. Par la même occasion, l’UGTT est revenue sur les événements qui se sont déroulés le 7 décembre 2020. Le Bureau exécutif de l’UGTT avait précédemment condamné les déviations qu’il avait considérées comme dangereuses. Il a également appelé le Président de l’ARP à prendre des mesures légales pour arrêter la vague de violence.

L’UGTT, s’adressant à l’ensemble des députés, les a appelés à faire face à ce genre de discours haineux. Le communiqué a qualifié le bloc de Seifeddine Makhlouf de « terroriste faussement appelé le bloc de la Coalition Al-Karama ». Le communiqué a ajouté que le bloc en question a aussi adressé ce discours aux médias, journalistes et syndicalistes.

L’affaire du téléphone d’Abir Moussi

A ce sujet, l’UGTT a condamné l’agression perpétrée par le président du bloc Al-Karama, Seifeddine Makhlouf, contre son homologue du bloc du Parti Destourien Libre, Abir Moussi.

Rappelons qu’à la date du 27 janvier 2021, les internautes ont visionné et partagé les vidéos relatives à l’incident. On y voit Abir Moussi usant de son téléphone pour filmer Seifeddine Makhlouf. Ce dernier le lui a alors arraché des mains. Par la suite, il s’adresse à la député en l’insultant copieusement.

L’UGTT a également critiqué la position de la présidence de l’ARP vis-à-vis de la réitération des agressions par les députés de la Coalition Al-Karama. Par ailleurs, l’organisation syndicale a accusé le président de l’ARP, Rached Ghanouchi, ainsi que certains blocs, de collusion.

Enfin, le communiqué tient Rached Ghannouchi pour responsable de la détérioration de la situation sous le dôme du Bardo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here