Maîtrise des prix : Le Conseil national du Commerce recommande de renforcer les mécanismes de contrôle

prix

Le Conseil national du Commerce réuni, mercredi, à Tunis, a recommandé de renforcer les mécanismes de contrôle et de veiller à l’application ferme de la loi. L’objectif étant de maîtriser les prix et optimiser les préparatifs pour le mois de Ramadan.

Le conseil s’est réuni  après 4 années d’interruption, sous la présidence du ministre du Commerce et du Développement des exportations, Mohamed Bousaid. Il  a aussi, appelé à inscrire, d’une façon permanente,  le suivi du Programme national de mise à niveau des circuits de distribution des produits agricoles et de la pêche, à l’agenda de ses travaux. Et ce  étant donné l’importance de la production nationale dans l’approvisionnement du marché et la nécessité de renforcer la présence des productions nationales sur les marchés extérieurs. La maitrise des prix était au cœur de la réunion.  Il s’agit, ainsi, de la maitrise des prix

Il a également, préconisé l’accélération de la réalisation du Projet de la plateforme commerciale du Centre. D’ailleurs, son coût s’élève à 105 millions de dinars.

La 37e réunion du conseil a, par ailleurs, abordé les  réformes prévues par le ministère du Commerce. Il s’agit de  la réforme de la caisse de compensation. Par ailleurs, les intervenants ont abordé la situation de l’approvisionnement du marché et des stocks de régulation. Ainsi que les  préparatifs pour le mois de Ramadan.

S’agissant de la compensation, les participants à cette réunion ont plaidé pour la mise en place de réformes structurelles des mécanismes de ciblage. L’objectif étant de faire  face à  la contrebande, du gaspillage et de détournement des produits subventionnés.

Le renforcement du contrôle et la numérisation des circuits de distribution et la nationalisation de la consommation   sont les axes de la stratégies de réformes du système de la compensation.

L’INS a élaboré en 2012 une étude sur ce sujet. L’étude a montré que 61% de la compensation, bénéficient  à la classe moyenne. 9% bénéficient  aux ménages vulnérables. 7% bénéficient  aux ménages aisés. Alors que 23% sont orientés à des utilisations non domestiques. Pour rappel, l’INS a réalisé l’étude en collaboration avec la BAD.

Zoom sur les nouvelles législations

Les participants à cette réunion ont aussi, abordé le dossier des nouvelles législations. Dont les règles afférentes à la sécurité des produits industriels et aux zones franches. Ils ont soulevé la nécessité de réviser d’autres législations. Notamment celles relatives au commerce de distribution, aux circuits de productions agricoles et aux soldes.

Il est, également, prévu d’entamer l’élaboration de l’étude relative à la deuxième tranche du Programme de mise à niveau des circuits de distribution. Parmi les grands projets prévus à cette fin, figurent les Plateformes commerciale de Sidi Bouzid et de Béjà. Ainsi que les marchés de dattes de Tozeur et Kébili et le marché d’agrumes de Nabeul. Ces projets engloberont en plus des points de vente traditionnels, des unités de conditionnement, de stockage, de labellisation et d’exportation.

Cette réunion a, en outre, soulevé la nécessité de réformer le secteur des foires et des manifestations commerciales. Ce secteur  constitue un outil efficace pour promouvoir les produits nationaux et favoriser le partenariat et l’exportation.

Avec TAP

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here