Le SNJT dénonce la décision de prolonger la durée de la garde à vue du photographe Islem Hakiri

SNJT

Le syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a dénoncé la décision du Procureur de la République de prolonger la durée de la garde à vue du photographe de presse, Islem Hakiri. Et ce  sans l’auditionner et sans respecter son droit de défense.

« Il s’agit d’une violation flagrante des dispositions de l’article 13 bis du Code de procédure pénale ». Estime le SNJT. Le syndicat appelle  le ministère de l’Intérieur à « ouvrir une enquête à ce sujet ».

Le Procureur de la République auprès du Tribunal de première instance de Tunis a décidé, mardi, de prolonger la durée de la garde à vue du journaliste de presse Islem Hkiri, et de le faire comparaître ce mercredi. Affirme le SNJT, dans une déclaration rendue public aujourd’hui.

Le syndicat s’est dit étonné que le Procureur de la République procède à l’audition des accusés sans la présence d’un avocat. Il estime qu’il s’agit d’une violation du droit de défense.

Le Procureur de la République avait ordonné, lundi dernier, de placer Islem Hakiri en garde à vue pour outrage fait, par paroles, à un fonctionnaire public dans l’exercice de ses fonctions et pour violation du couvre-feu. Affirme le syndicat. En effet, un policier un agressé le journaliste.  Alors qu’il était en train de couvrir « la situation sécuritaire pendant le couvre-feu » en plein centre de Tunis.

Par ailleurs, le syndicat a condamné la violence exercée par le policier sur le photographe de presse. Il appelle  le ministère de l’Intérieur à ouvrir une enquête administrative à ce sujet. Et à consulter les caméras de surveillance qui ont filmé l’agression.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here