ARP : un remaniement ministériel devant une assemblée assiégée?

ARP

Dans le cadre de ses activités, l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a entamé, ce 26 janvier 2021, la séance dédiée au vote de confiance au gouvernement.

Suite au vote relatif au quorum, le président de l’ARP, Rached Ghannouchi, a proposé à Hajer Bouhlel de prêter serment, conformément à l’article 8 du règlement interne de l’ARP. Cette dernière devrait hériter du siège de feu Mabrouk Khachnaoui. Mais, les députés en ont décidé autrement

En effet, une pluie d’interventions s’est abattue sur l’hémicycle. Une dizaine de députés a demandé à intervenir dans le cadre de points d’ordre.

Une assemblée assiégée

C’est en ces termes qu’un certain nombre de députés a qualifié la situation. Ils ont tour à tour condamné le déploiement, exagéré selon eux, des forces de police aux alentours de l’hémicycle.

A titre d’exemple, Faycel Tebini, député non affilié à un bloc, a comparé la situation à la fameuse « Zone Verte » de Bagdad. Par la même occasion, il s’est interrogé sur la somme dépensée dernièrement en équipements sécuritaires. « N’aurions-nous pas pu attribuer la somme dépensée aux hôpitaux et à la lutte contre le Coronavirus », a-t-il demandé au chef du gouvernement.

Nous pourrions aussi évoquer l’intervention de Mongi Rahoui. Il a déclaré que le déroulement de la plénière de l’ARP, sous le siège des forces de l’ordre, symbolise une dictature. « Ce genre d’approche ne plaide pas en faveur d’une démocratie », a-t-il ajouté.

Le député du bloc démocratique Hatem Boubakry a, lui aussi, exprimé son mécontentement quant à la « militarisation » du périmètre de l’ARP. S’adressant à Hichem Mechichi, il a critiqué son approche sécuritaire. Le député a déclaré: « Vous désirez obtenir la confiance des députés, alors que vous assiégez votre peuple! ».

Par ailleurs, nous ne pouvons pas ne pas citer l’intervention de Samia Abbou. Après avoir été interrompue à plusieurs reprises, elle est parvenue à poursuivre son intervention. S’adressant à Rached Ghannouchi, elle l’a comparé au Sultan Soliman. C’est alors que la députée s’est faite huer par ses collègues. Bien évidemment, elle n’a pas lâché l’affaire. « Nous sommes égaux et tous les deux élus par le peuple! Vous devez me respecter », a-t-elle continué à crier.

Lors de son point d’ordre, les échanges ont vite viré aux cris et insultes. Un « Ferme ta gueule! » a encore une fois été prononcé. Mais, nous n’avons pas pu en identifier l’auteur ni la victime.

Enfin, la séance a été levée pour une demi-heure, suite à la demande du bloc démocratique. Ce dernier, par le biais de son président, a expliqué qu’il désirait avoir le temps de débattre d’un éventuel boycott de la séance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here