Le Parti Destourien Libre PDL présente sa charte politique

PDL

Le parti  PDL annonce, en ce lundi 28 décembre 2020, aux autres blocs parlementaires et aux organisations nationales une copie du projet de sa charte politique. Elle s’intitule “La rectification du processus de la transition démocratique”.  

De ce fait, le PDL met l’accent sur les priorités de cette charte. D’ailleurs, il la propose à toutes les forces politiques civiles non représentées au Parlement. 

En outre, le parti annonce l’adoption des fondements et principes énoncés. Et ce, afin de faire évoluer une législation garantissant la réalisation de ses objectifs; dans le cadre des priorités définies. 

De ce fait, parmi les objectifs de cette charte figure le respect d’une république, civile, sociale et nationale souveraine. C’est-à-dire sans place pour l’islam politique. Tout en ajoutant que l’intérêt d’aujourd’hui est de garantir un système pluraliste et démocratique fondé sur la séparation des pouvoirs et un équilibre entre eux. Avec la garantie: des libertés individuelles et publiques; des droits de l’homme dans leur universalité et leur interdépendance; et la réalisation d’une sécurité nationale globale.

Par ailleurs, il en va de même de la mise en place d’une économie nationale ouverte, à dimension sociale. Laquelle est capable de créer de la richesse, de fournir des emplois et de parvenir au développement par une planification préalable. Sans oublier la mise en œuvre de grandes réformes législatives et structurelles.

En outre, le parti met l’accent sur l’importance d’avoir un système éducatif, culturel, sportif et de santé fort.

De plus, le parti met l’accent sur l’importance de réviser la loi électorale. Et ce, pour améliorer la performance législative et le travail local et régional.

Revoir certaines lois

De ce fait, la révision du décret réglementant les partis est nécessaire. Et notamment par une clause interdisant la formation de partis fondés sur la religion et liés organiquement à des organisations internationales. De même que le réexamen du système de financement des partis politiques.

Et encore, le PDL demande la révision du décret réglementant les associations. Et ce, en vue de: rationaliser leur formation; suivre leurs activités, discours et financements; et prévenir les dérogations à leurs objectifs inscrits dans leur statut.

Ensuite, la Charte politique insiste sur la révision de la loi relative à la Cour constitutionnelle. Même constat pour la révision de la loi sur les collectivités locales pour une meilleure efficacité du travail municipal. Afin de l’empêcher de s’effondrer en frappant l’unité de l’État et en démantelant ses institutions.

Enfin, il en va de même quant à l’amendement de la Constitution. Dans le sens de la mise en place d’un nouveau système politique qui rompt avec la dispersion des pouvoirs et le déséquilibre entre eux. Un nouveau système politique qui garantit l’indépendance de la commission électorale et des organes constitutionnels.

 

 

Article précédentCovid-19 : un partenariat mondial pour fournir 120 millions de tests de dépistage rapide aux pays à revenu faible et moyen
Article suivantAram Belhadj : les sites de production pétrolière et des phosphates relèvent de la sécurité nationale
Nadia Dejoui
Nadia Dejoui, travaille depuis plus de 3 ans comme journaliste politique à l’Economiste maghrébin. Diplômée de l’ESJ-Paris-Tunis ( 2012), elle a acquis de l'expérience comme journaliste free-lance pour plusieurs sites d'actualité comme Webdo , Tunisie Numérique, Direct info et Mena-Post. Elle est passionnée par l’écriture créative et la gastronomie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here