Tourisme : une nouvelle stratégie pour assurer la relance post-Covid

tourisme - l'économiste maghrebin

Le département du tourisme a conçu une stratégie pour assurer la relance de cette activité dans les meilleures conditions, après la crise sanitaire du coronavirus. A indiqué Mohamed Moez Belhassine, directeur général de l’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT), dans une interview accordée à l’agence TAP.

Cette stratégie repose sur plusieurs axes. Il s’agit de la diversification de l’offre, la stimulation de la demande, aussi bien intérieure qu’internationale. Elle mise sur la promotion de l’investissement et la pérennisation du secteur. Pour le premier responsable de l’ONTT, « Il faut tout revoir et tout repenser. La crise nous a montré que l’activité touristique souffre de grandes fragilités structurelles, auxquelles nous devons remédier. Il faut aussi poser les bases d’une transformation durable de cette filière ».

Renforcer la résilience du secteur touristique…

Pour lui, la priorité la plus urgente aujourd’hui est de renforcer la résilience du secteur touristique. Et ce, en mettant en application les mesures gouvernementales prises en mars. Notamment celles relatives à la facilitation de l’octroi de crédits aux professionnels, afin qu’ils puissent surmonter leurs difficultés financières. Et ainsi maintenir les postes d’emploi. Parallèlement, le département a conçu un programme de formation au profit du personnel touristique, avec un minimum de rémunération. L’objectif est de saisir ce temps de pause, causé par la pandémie. Et ce pour améliorer et renforcer les compétences du personnel et le préparer à la relance post-covid.

Application de la refonte des normes de classement des unités touristiques en 2021

Au niveau de la diversification de l’offre, Belhassine a fait savoir que l’Office se penche, actuellement, en collaboration avec les fédérations professionnelles concernées, sur la finalisation du projet de refonte des normes de classement des unités d’hébergement touristique. Et ce pour les aligner sur les standards internationaux. « Lancé en 2018, ce projet, qui aboutira à l’adoption d’une nouvelle réglementation de classement d’hôtels, sera fin prêt en 2021 ». Affirme-t-il.

L’intervenant explique que ce projet vise à inciter les hôtels à accorder plus d’attention et à déployer plus d’efforts. L’objectif étant d’améliorer la qualité de leurs prestations. Il devrait garantir la montée en gamme du tourisme tunisien et doper la compétitivité des unités hôtelières.  Il affirme que l’ONTT a conçu un projet de lancement d’un label attractif de qualité touristique. Dont la finalité est de repositionner la destination Tunisie sur les marchés. Aussi bien pour les professionnels (tour-opérateurs…) que pour les clients.

Certification label « Qualité Tourisme »

Ainsi, pour être certifiés label « Qualité Tourisme », les professionnels doivent être capables :
– D’assurer un accueil courtois;
– Fournir des informations claires, actualisées et fiables sur les services;
– Offrir une prestation et une expérience uniques;
– Et d’être à l’écoute afin de satisfaire toutes les attentes des clients.

Par ailleurs, l’Office a créé de nouveaux circuits touristiques écologiques, sportifs et culturels. Ils couvrent ainsi plusieurs régions du pays pour offrir aux touristes et aux Tunisiens une variété de produits. Tout en assurant la promotion de nouveaux sites touristiques aux quatre coins du pays. A cela s’ajoute le développement des activités nocturnes et des espaces d’animation.

Toutefois, le DG a estimé que la diversification de l’offre touristique doit être accompagnée de l’amélioration de la qualité de l’environnement. Et ce afin de pouvoir commercialiser la destination Tunisie sur une large échelle. « Bien que le ministère dU Tourisme accorde, chaque année, des aides financières aux municipalités touristiques. Et ce, à travers le Fonds de protection des zones touristiques. En vue de leur permettre d’améliorer la propreté et l’infrastructure de base. Ainsi que de renforcer leurs moyens d’intervention. Cependant, les résultats sont toujours insatisfaisants », affirme-t-il.

Pour cette raison, le département examine, actuellement, la possibilité d’optimiser l’octroi des subventions. Et ce en conditionnant ces aides à la réalisation d’importants projets environnementaux, par les municipalités concernées. Dont la mise en place de stations locales de gestion des déchets. Ou l’affiliation à un programme écologique, tel que celui du pavillon bleu.

Hausse des investissements touristiques de 123%, en 2020

Malgré toutes ces difficultés, la Tunisie demeure un site attractif pour les investisseurs et les grandes enseignes internationales. Puisque la valeur des investissements recevant l’accord final est passé de 491 millions de dinars (MD), en 2019, à un peu plus de 1 milliard de dinars jusqu’à fin octobre 2020. Ce qui représente une hausse de 123%. On s’attend ainsi à ce que de nouveaux établissements hôteliers et alternatifs voient le jour prochainement dans plusieurs régions du pays ». A annoncé le DG de l’ONTT.

Il s’agit là du fruit des efforts déployés par tous les acteurs, dont les professionnels privés et les organisations nationales. « A cela s’ajoute la présence de grandes enseignes internationales en Tunisie, dont Radisson, Mariott, Four Seasons, Anantara, Résidence, Cigale… Ce qui est rassurant pour les éventuels enseignes et investisseurs désirant  s’implanter sur notre territoire ».

Pour ce qui est du renforcement de la demande touristique, Belhassine a fait savoir que l’effort cible à la fois le touriste local et étranger. « Au niveau local, plusieurs projets sont en cours de finalisation. Notamment une convention, qui sera signée dans les prochains jours, avec les fédérations professionnelles, visant à faire bénéficier les Tunisiens de réductions ». Nous œuvrons, en outre, à encourager les hôteliers à généraliser les promotions et les offres de gratuité pour les enfants, et à offrir de nouveaux modes d’hébergement touristiques économiques et adaptés aux spécificités de la famille tunisienne ».

Digitalisation et relations publiques, fer de lance de la stratégie de promotion touristique

Au niveau international, les efforts déployés en vue de promouvoir la destination Tunisie se basent, de plus en plus, sur les relations publiques et la digitalisation. Et ce d’autant plus que « le budget annuel alloué à la promotion ne nous a même pas permis de réaliser une campagne publicitaire d’une semaine sur une chaîne européenne telle que TF1. Pour cette année, ce budget n’a pas dépassé les 49 millions de dinars, ce qui ne représente même pas 10% des montants mobilisés par nos concurrents. D’où l’obligation de le rationaliser, en organisant des actions efficaces et à moindres coûts », a t-il fait savoir.

Belhassine a assuré que l’ONTT tient à renforcer sa stratégie en termes de relations publiques, en organisant des rencontres périodiques avec des journalistes et des influenceurs tunisiens et étrangers. Elle suit, aussi, la tendance au niveau du digital, en lançant des comptes sur les principaux réseaux sociaux, notamment Facebook, Instagram… et en créant des vidéos promotionnelles sur les spécificités de la destination Tunisie, lesquelles sont diffusées sur les différents canaux digitaux du ministère du Tourisme, de l’Office et sur les pages de ses différentes représentations à l’étranger ».

« Ces dernières jouent, à leur tour, un rôle primordial, même durant des périodes de crise, comme celle que nous vivons actuellement. Puisqu’elles œuvrent à garder le contact avec nos partenaires à l’étranger, dont les tour-opérateurs, les représentants des médias…, et aussi à assurer la veille et le feedback aussi bien sur la situation au niveau de nos marchés touristiques que sur les plans de relance adoptés par nos concurrents », a-t-il précisé.

Dans ce même contexte, le responsable a fait savoir que ces représentations font l’objet, tous les ans, d’un suivi et d’une évaluation sur la base des objectifs assignés. Celles dont les résultats sont insatisfaisants ont été automatiquement fermées. Et pour preuve, le nombre des représentations de l’ONTT à l’étranger a baissé, passant de 36 bureaux en 2010, à 17 bureaux actuellement.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here