Le dessous des cartes des tensions franco-turques

Mehdi Ghazzai

Dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com, Mehdi Ghazzai, consultant en communication politique, apporte son éclairage. Et ce, sur la recrudescence des tensions franco-turques.

Dans ce contexte, Mehdi Ghazzai souligne: « Que ce soit dans le camp turc ou dans le camp français, nous assistons à une véritable guerre sur les réseaux sociaux et les médias. A travers des publications et des actes aussi radicaux les uns que les autres. Nous sommes là véritablement face à une stratégie. Et pour le comprendre, nous avons besoin de comprendre le concept crucial de la fenêtre d’Overton. »

En effet, poursuit-il: « C’est le lobbyiste américain Joseph Overton qui forgeait ce concept de la fenêtre d’Overton. Il désigne l’éventail des opinions dicibles au sein du débat public. Cela veut dire, que dans la fenêtre d’Overton, il y a un ensemble d’opinion qu’on peut assumer dans les médias et face à l’opinion publique sans être disqualifié. »

Avant d’ajouter: « On peut même justifier une guerre si elle repose sur des idées et prétextes qui sont dans la fenêtre d’Overton. Cependant, cette fenêtre, on peut travailler à l’élargir progressivement. Et ce, en élargissant la fenêtre d’Overton. Ainsi, une idée qui pouvait sembler auparavant radicale, extrémiste, excessive, peut sembler modérer. Et ce, au regard d’une autre idée nouvelle qui est plus radicale encore. »

Alors, pour Mehdi Ghazzai: « Nous l’avons compris, il faut d’abord influencer l’opinion publique. Avant de pouvoir gagner une élection ou lancer une guerre. Par conséquent, la stratégie est simple; à savoir que les deux camps utilisent des médias, des francs-tireurs sur les réseaux sociaux. Ils y déversent des propos outranciers comme: « Oui c’est légitime de découper la tête du professeur »; « Il faut virer les musulmans de France; « Il faut déployer des forces armées en Libye… »

Et de continuer: « Ainsi on élargit la fenêtre d’Overton. Et par comparaison, les positions des responsables politiques, comme Macron et Erdogan, paraissent tout d’un coup raisonnables. Leur nouvelle politique impérialiste légitime! Il ne faut pas être naïf et s’inscrire naïvement dans la défense du prophète ou de la liberté d’expression. Il ne s’agit pas du tout là de l’Islam. Mais d’une guerre médiatique pour des raisons géopolitiques. »

Qui est le gagnant dans tout cela?

« Surement pas le prophète, ni l’Islam, ni la Tunisie, ni le Kamour. Mais bien les politiques néo impérialistes des deux camps », conclut Mehdi Ghazzai.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here