Le dossier de candidature de “la Harissa tunisienne” officiellement déposé auprès de l’Unesco

harissa

Le dossier de candidature de “La Harissa: Savoirs, savoir-faire et pratiques culinaires et sociales” est officiellement déposé, mercredi, auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

Ainsi, le principal objectif de l’opération est d’inscrire la Harissa tunisienne sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel.

En effet, si déjà le ministère des Affaires culturelles envoyait, fin mars dernier, la version électronique. Hier, c’était au tour du dossier d’être déposé directement au siège de l’Unesco à Paris, au nom de la Tunisie. Et ce, par Ghazi Ghrairi, ambassadeur, délégué permanent de la Tunisie à l’Unesco.

A cet égard, M. Ghrairi a indiqué avoir déposé le dossier auprès de l’organisation onusienne. Et ce, au cours d’une réunion de travail avec Tim Curtis. Il s’agit du chef de Section du patrimoine culturel immatériel à l’Unesco et Secrétaire de la Convention de 2003. Selon M. Ghrairi, le responsable onusien a exprimé son appréciation du contenu du dossier et la qualité du travail fait par la partie tunisienne.

Un produit enraciné dans le terroir

En ce sens, le diplomate a rappelé les efforts conjoints de: la Délégation permanente de la Tunisie auprès de l’Unesco; avec le ministère des Affaires Culturelles, l’Institut national du patrimoine (INP) et la société civile. Et ce, en vue de valoriser le patrimoine culturel immatériel comme étant une composante de l’identité nationale. De même qu’un élément essentiel qui témoigne de la diversité culturelle.

Pour sa part, Fawzi Mahfoudh, directeur général de l’INP, déclarait que le dossier scientifique et technique de la Harissa est le couronnement d’un travail de longue haleine. Un travail réalisé par les experts et chercheurs de l’Institut. Il a mentionné un dossier de qualité qui est élaboré grâce au soutien de la société civile. Et de citer, notamment, le Groupement des Industries de Conserves Alimentaires (GICA).

Car, le dépôt du dossier de la Harissa auprès de l’Unesco intervient suite à des réunions préparatoires au niveau national, sous l’égide de l’INP. Puisque cette institution scientifique et technique veille sur l’étude, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel, archéologique, historique, civilisationnel et artistique.

Sachant que la Harissa tunisienne est une purée de piments rouges utilisée pour assaisonner des plats. Ce produit enraciné dans le terroir et dans les habitudes culinaires du pays est à base de piments rouges. Avec d’autres ingrédients, comme les épices et l’ail dont la préparation varie selon les goûts.

Enfin, la Harissa appartient à une liste d’aliments du terroir et de composantes du patrimoine immatériel national dont l’INP veille à l’élaboration des dossiers. Et ce, en vue de les inscrire au patrimoine de l’Unesco.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here