Le plus grand système aquifère du Maghreb/d’Afrique du Nord est menacé

système aquifère Magreb

« Seule une vaste coopération intersectorielle permettra de lutter contre la dégradation du plus grand système aquifère du Maghreb/d’Afrique du Nord, partagé par l’Algérie, la Libye et la Tunisie ». C’est ce que soulignait mardi la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU).

A cet égard, l’agence onusienne souligne l’urgence de prendre des mesures transfrontalières et sectorielles. Et ce, pour faire face aux menaces qui conduisent à la dégradation du système aquifère. C’est ce qui ressort d’un rapport publié le 29 septembre à Genève.

En effet, le système aquifère du Sahara septentrional (SSAS) est la plus grande réserve d’eau souterraine d’Afrique du Nord. Sachant que l’Algérie, la Libye et la Tunisie l’ont en partage. Cette réserve représente l’équivalent d’une surface égale à presque deux fois la superficie de la France métropolitaine. Il recèle plusieurs centaines, voire milliers, de mètres de profondeur.

Profondeur de la nappe dans la région du SASS (en m)

Ainsi, la SSAS s’étend sur les territoires algérien, tunisien et libyen en continu de l’Atlas saharien dans le nord jusqu’au Tassili du Hoggar au Sud. Ce réservoir d’eau souterraine est parmi les plus grands du monde. De plus, il assure la vie et les moyens de subsistance de 4,8 millions d’habitants. C’est donc une ressource vitale en eau s’étendant sur plus d’un million de Km² dans un environnement très aride. De ce fait, le système aquifère est naturellement vulnérable. Et ce, en raison de sa faible recharge naturelle.

Utiliser des ressources non-conventionnelles

Dans ce cadre, le rapport de la CEE-ONU met l’accent sur l’importance d’un partenariat stratégique et d’une coopération intersectorielle et transfrontalière. Par exemple, l’une des solutions proposées consiste à accroître l’utilisation des ressources en eau non-conventionnelles. En recourant au dessalement, au traitement des eaux usées. Mais aussi au traitement ou à la réutilisation des eaux de drainage.

Alors, « dans ce contexte, le déploiement simultané d’énergies renouvelables- l’énergie solaire en particulier- pourrait contribuer à créer des avantages majeurs pour les secteurs de l’eau et de l’énergie ». C’est ce que déclarait le porte-parole de la CEE-ONU, Jean Rodriguez. Et ce, lors d’un point de presse virtuel, depuis Genève.

Mise en œuvre de stratégies nationales et transfrontalières

Car, dans le cas contraire, la CEE-ONU avertit que le manque de coordination entre l’eau et l’énergie peut entraîner des résultats négatifs. Ainsi, si l’irrigation solaire à petite échelle est déployée « sans une réglementation appropriée en matière d’eau et d’environnement, les pressions exercées par l’augmentation des prélèvements d’eau augmenteraient ».

Dans ces conditions, le SSAS est perçu comme un rare exemple d’accord de coopération et d’échange de données sur un aquifère transfrontalier. Et cette évaluation a été réalisée dans le cadre de: la Convention sur l’eau par la CEE-ONU; le Partenariat mondial pour l’eau en Méditerranée; et l’Observatoire du Sahara et du Sahel. Avec le soutien de l’Agence suédoise de coopération internationale au développement (SIDA).

À la suite d’un processus participatif de consultation avec les gouvernements et les parties prenantes locales, le rapport propose finalement un ensemble intégré de 15 solutions intersectorielles prioritaires. Celles-ci vont de la mise en œuvre de changements de gouvernance, à l’adoption d’instruments économiques et politiques; en passant par l’investissement en infrastructures et l’innovation.

Par ailleurs, l’approche des « interactions » eau-énergie-alimentation-écosystèmes propose l’adoption de nouvelles technologies. Parallèlement à la relance et à la valorisation des pratiques agricoles traditionnelles; la mise en œuvre de stratégies nationales et transfrontalières est également recommandée.

Pour rappel, depuis les années 1970, l’Algérie, la Libye et la Tunisie ont développé une coopération en matière d’échanges d’informations et de consultations. Ceci permet d’éclairer la gestion de l’aquifère partagé.

Pressions sur la qualité de l’eau et du sol

A l’échelle mondiale, les ressources en eaux souterraines transfrontalières ne sont généralement pas couvertes par des accords de coopération officiels. Alors qu’elles constituent d’importantes sources d’eau pour la consommation humaine. Or, la pression sur l’eau s’est accrue au cours des trois dernières décennies. Et ce, avec l’essor de la nouvelle agriculture industrielle.

Sachant que selon la CEE-ONU, le prélèvement d’eau est actuellement trois fois supérieur au taux de recharge naturel (1 milliard de mètres cubes par an). « Il en résulte des pressions sur la qualité de l’eau et du sol. Ce qui conduit à un cercle vicieux de réduction de la productivité agricole et d’augmentation de la demande en énergie pour le pompage de puits profonds ». C’est ce qu’explique M. Rodriguez. Notons que les écosystèmes fragiles, tels que les zones humides, sont par conséquent menacés. Les populations locales sont donc exposées à une grande vulnérabilité.

A ce sujet, la Convention sur la protection et l’utilisation des cours d’eau transfrontalières et des lacs internationaux, dont le secrétariat est assuré par la CEE-ONU, constitue, depuis son entrée en vigueur en 1996, un cadre important pour améliorer la gestion des ressources en eaux de surface et souterraines transfrontières dans la région paneuropéenne.

Enfin, en mars 2016, la Convention sur l’eau est devenue un cadre juridique multilatéral et intergouvernemental mondial. Et ce, pour la coopération sur les eaux transfrontalières. Il est ouvert à l’adhésion de tous les États membres des Nations Unies.

(Source : CINU – Tunis)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here