L’Aïd et l’odeur âcre de brûlé

Aïd et l’odeur âcre de brûlé

La raison du plus fort est toujours la meilleure. Qui ne connaît pas la fable et son auteur ? Le méchant carnivore et la gentille petite brebis. La morale a traversé les siècles sans prendre une seule ride. Le Loup et l’Agneau ou comment conclure un marché de dupes en introduisant le loup dans la bergerie, et cela s’est passé en Tunisie à la faveur d’un dévoiement comme on en a rarement connu.

Après liberté bâillonnée, c’est au tour de la révolution d’être confisquée. Et d’après vous, qui est le Loup et qui est l’Agneau ? Bien sûr que tout le monde connait la suite…l’Aïd et l’odeur âcre de brûlé. On égorge bien des moutons dont les prix affolent les compteurs. Plus de 1000 dinars, qui dit mieux ? Cher, très cher pour un sacrifice dont je ne suis pas certain qu’on ait retenu la leçon. N’est pas Abraham et Ismaël qui veut.

Un bon méchoui en ces temps de disette, tout ce que compte le pays des pauvres, le vaut bien. « Sadaka jariyah », Dieu vous le rendra. D’un pays presque ruiné et pauvre à pleurer, qui parmi tous ces apprentis politiciens se soucie du fait que le prix d’un sacrifié, animal fût-il, puisse monter aussi haut ?

Entre l’agneau qui bêle de peur, une Abir Moussi diabolisée qui crie au scandale et des islamistes qui jouent encore une fois la victimisation, on peut espérer qu’on ne laissera pas  la présidente du PDL marcher seule…L’âge est un problème de l’esprit sur la matière.

Si vous n’y prêtez pas attention, cela n’a pas d’importance. Je suis sûr que ni le président de la République, ni Rached Ghannouchi n’a lu Mark Twain. En revanche, chaque jour à Dieu ne plaise, ils font comme si, en prenant soin de semer la panique à chaque fois qu’ils ouvrent la bouche. Un peu trop de la part de deux présidents qui se détestent cordialement.

Au président Saied, je dirais ceci : je sais que vous êtes un homme de bien, mais à quoi cela sert-il d’être un homme de bien si le bien-être, la sécurité de vos concitoyens et, partant, la stabilité du pays sont desservis ? Avoir le verbe haut, et l’action confuse, cela pose vraiment problème Monsieur le président. Vous ne pensez pas, alors que le pays brûle?  « Al oustadh » qui voulait être tout à la fois, je lui conseillerais de freiner ses ardeurs et de s’assagir, sa survie politique et la cohésion du pays en dépendent.

La Tunisie brûle-t-elle ?

La Tunisie brûle-t-elle ? A chaque fois qu’un vent chaud souffle sur Tataouine, c’est la même question qui revient, lancinante. Vanne fermée, production de phosphate arrêtée, à qui profite le crime ? Cela ne peut arriver que dans ce pays qui est le mien, le vôtre. Même la force publique ne fait plus peur quand les choses se gâtent. En arriver là, et ne pouvoir stopper l’hémorragie. Je veux bien admettre que là-bas, dans ces coins oubliés de la République, on ne peut plus vivre de sérénades sans lendemain.

Diaboliques le cheikh et son joujou du moment Nabil Karoui qui n’est tout de même pas le premier venu, tant ce dernier nage dans l’opacité. Aux sources de la religion semble dire le gourou à son poulain, en feignant d’oublier qui l’a fait roi. Tu me renvoies l’ascenseur, je te le renvoie, et advienne que pourra.

La politique, c’est comme ça, à prendre ou à laisser. Il y a les fins inavouables, et les enfants de chœur. Rallumer le feu dans ce sud aride, déshérité et appauvri. Là-bas, on égorge bien la bête, au figuré bien sûr. Et cela n’a pas d’importance, même si le prix est lourd à payer.

Vive la République dévoyée, vive la Tunisie ! J’ai même envie de dire, osez, osez, osez, Abir Moussi, face à tous ces fous à lier. Citadelle inexpugnable la Tunisie ? Pas si sûr. Voir les digues de sécurité mises en place par Bourguiba se rompre, et se dire plus dure sera la chute. Croiser le fer avec les enragés et s’interroger. Qui aura le dernier mot, alors que tout autour n’est que faiblesse, compromission et sujétion ? Scénario à la libyenne en vue ? On en tremble déjà. Bataille existentielle impitoyable pour une issue incertaine. Nous, on croise les doigts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here