Ce pays qui oublie les siens, RIP Gisèle Halimi

Gisele-Halimi

Dans ces temps modernes où l’intolérance domine trop souvent les débats, une petite piqure d’Histoire peut parfois être salutaire. Le 27/07/1927, naquit à Tunis une petite fille juive, Gisèle Halimi.

Quelques années plus tard, lorsque l’Europe connaissait le pire, un illustre inconnu musulman, prit en charge cette petite fille Gisèle Halimi. Il ne se contenta pas de la cacher dans sa cave mais la fit passer pour sa propre fille pour qu’elle n’ait pas à arrêter sa scolarité.

Bien des années plus tard, grâce au  hasard, à la destinée, au  talent ou à un peu des trois, cette petite fille, ayant réalisé son rêve de devenir l’une des plus éminentes avocates de sa génération, devient le fer de lance du combat pour l’indépendance de sa Tunisie mais aussi de l’Algérie puis, encore quelques années plus tard, la figure du féminisme dans son pays d’adoption.
Beaucoup, beaucoup, beaucoup d’années plus tard, en 2019, le hasard, la destinée, le talent ou peut être un peu des trois, firent du fils de l’illustre Résistant tunisien qui avait secouru la petite fille traquée, le président élu d’une Tunisie libre.
Il n’y pas qu’en France qu’on te pleure aujourd’hui…RIP Gisèle Halimi.
Par Tahar Belhadj Gouider

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here