Connaître Kaïs Saied

Kaïs Saied

Le 23 juin dernier sur France 24, le président de la République, Kaïs Saied, avait déclaré: « Je n’aime pas que l’on me marche sur les pieds ». Si une telle déclaration est passée presque inaperçue, l’on vient, aujourd’hui, d’en prendre toute la mesure et la portée. N’appartenant à aucun parti et donc tenu à aucune décision partisane. Si ce n’est celle relevant de ses profondes convictions. Il vient de reprendre les choses en main !

Ainsi, dans la décision de Kaïs Saied de désigner Hichem Mechichi, plusieurs messages subliminaux sont à déceler. Le premier, et non des moindres, est celui de ne tenir compte d’aucune des propositions faites par les différents partis.

Tous balayés. En effet, quel que soit le choix qui aurait été fait, une foire d’empoigne était prévisible entre les différents partis. Alors autant les mettre tous d’accord en négligeant leurs candidats respectifs lesquels, à l’exception près, n’étaient pas des lumières. Le choix s’est donc porté sur une personnalité indépendante de tout parti. Tout comme le président et, qui se ressemble s’assemble !

Autre message est celui destiné aux jeunes. Le nouveau chef du Gouvernement a 46 ans, soit deux ans de moins que son prédécesseur et un an de plus que Youssef Chahed. L’on demeure ainsi loin des caciques de la politique qui ont fait de cette position un job plus qu’une conviction à servir le pays.

Troisième message, Hichem Mechichi est originaire, c’est une première, d’une région particulièrement marginalisée, le nord-ouest. L’homme du pays sera des mieux placés pour parler à sa population. Tout autant dans la nécessité, au sud comme au centre du pays.

Quatrième message, il a, sans être économiste mais avec l’expérience acquise dans différents départements ministériels, sensibles, été le chef de cabinet, avec la connaissance des problèmes et difficultés des secteurs concernés.

Les deux derniers messages clés sont complémentaires l’un de l’autre.

En désignant le ministre de l’Intérieur pour diriger le gouvernement, l’idée de Kaïs Saied est certainement de déterrer tous ces dossiers passés sous silence. Ils sont nombreux. Et enfin, rétablir l’ordre républicain en déliquescence. Ce qui explique, certainement, le mouvement de panique chez certains responsables de partis.

Le dernier point, celui de l’ordre, prend toute son importance face à la situation dégradée de l’économie du pays. Sans ordre, sans discipline, sans rigueur dans la conduite des affaires du pays. Sans strict respect de la loi. Comment construire ou reconstruire sur des bases aussi fragilisées par le laisser-aller et le laisser-faire. Des années durant, qui ont mené le pays là où il se trouve actuellement, c’est-à-dire face à un mur difficile à franchir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here