Sami Tahri : le prochain Chef du gouvernement doit améliorer la situation sociale

Sami Tahri

Le secrétaire général adjoint de l’union générale tunisienne du travail (UGTT), Sami Tahri a mis en relief samedi à Kébili la responsabilité que doit assumer le prochain chef du gouvernement en trouvant des solutions radicales à la situation sociale détériorée dans le pays et pouvant former ainsi une armure populaire et politique autour de ce gouvernement.

Sami Tahri a ajouté lors des travaux du conseil régional de l’union régionale du travail à Kébili que le président de la république ne doit pas choisir un chef de gouvernement parmi les personnalités proposées par les partis pour ne pas introduire à nouveau le pays dans une telle conjoncture.

La situation sociale dans le pays représente le dernier souci des hommes politiques, qui n’ont pas de programme clair pour résoudre les problèmes, a encore noté Tahri.
La centrale syndicale a lancé un appel à un dialogue national autour de la constitution, a affirmé le responsable syndical. Un appel permettant de résoudre les lacunes afin de surmonter cette instabilité politique, a-t-il estimé.

Cette révision doit concerner les lois et les législations, la loi électorale ainsi que le code des collectivités locales, a ajouté Tahri, rappelant que l’union a relevé des défaillances dans ces lois et a chargé une équipe d’experts pour déterminer les lacunes à réviser dans la constitution.

S’agissant de la réunion du conseil régional de l’URT à Kébili, qui s’inscrit dans le cadre des préparatifs pour le conseil national de l’union prévu les 24,25 et 26 août prochain, Tahri a indiqué avoir évoqué différents dossiers dont le retard dans l’application des clauses de l’accord du 26 août 2017 conclu entre les représentants de la région et la partie gouvernementale.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here