Des constitutionnalistes appellent au changement du régime politique

Cour constitutionnelle

Des constitutionnalistes appellent à un changement de régime politique. Tel est l’objectif de la conférence organisée en ce mercredi, par le Collectif citoyen Soumoud (résistance). L’événement en question s’intitule sous le thème « Le système politique sous la loupe: Crise de la gouvernance de l’Etat ».

En clair, les constitutionnalistes présents mettent l’accent sur l’importance de changer le régime politique. Ils estiment qu’il est la principale cause de la crise de gouvernance de l’Etat. Par ailleurs, ils ont souligné la nécessité d’analyser et de comprendre les dysfonctionnements de l’actuel régime .

Dans ce contexte, l’universitaire Sadok Belaïd a estimé que le climat politique,  depuis l’Assemblée nationale constituante continue à « gangréner » la situation du pays.

Belaïd a indiqué que le climat de tensions politiques est à l’origine des blocages constants. Ce qui retarde l’instauration des instances constitutionnelles, jugeant judicieux de reporter la mise en place de la cour constitutionnelle et l’élection de ses membres.

En outre, il explique: « Dans ces conditions, la logique des quotas partisans n’est pas sans influencer l’élection des membres de la cour constitutionnelle. Ainsi, ces derniers ne seront, en aucun cas, épargnés des tiraillements et les règlements de comptes politiques ».

De son côté, Amine Mahfoudh, professeur de droit constitutionnel a qualifié d' »hybride » le régime politique. Selon lui, dégager la nature du régime politique tel que défini par la Constitution de 2014 est une action qui n’est pas sans difficulté.

L’échec du système politique

Mahfoudh a, dans ce sens, fait observer que la constitution et tous les textes juridiques régissant la scène politique en Tunisie à l’instar de la loi électorale et le décret-loi portant organisation des partis politiques, expliquent l’échec du système politique.

Les dispositions de l’article 89 de la Constitution ont plongé le pays dans une confusion qui a duré plus de 4 mois avant d’aboutir à un gouvernement, qui plus est, ne jouit pas d’un soutien parlementaire « confortable », a-t-il déploré.

Selon le constitutionnaliste, la crise du système politique et le déséquilibre flagrant entre les prérogatives du parlement et celles du pouvoir exécutif, se manifestent, clairement, dans la politique étrangère et la diplomatie tunisienne, marquées par des positions opposées sur des dossiers importants tels que la crise libyenne.

Le paysage politique est  « malade »

Pour sa part, l’ancien président de l’Instance des élections (ISIE), Chafik Sarsar, a qualifié le paysage politique et partisan en Tunisie de « malade », soulignant que les partis politiques, dont le nombre s’élève à 224, sont au cœur de la crise de gouvernance de l’Etat.

Rappelons que  la Constitution du 27 janvier 2014 a mis un terme au régime présidentiel, prévoit un régime parlementaire mixte, basé sur un équilibre entre les pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif à deux têtes (le président de la République et le chef du gouvernement).

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here