Lobna Jeribi : « Nous devons sauver nos entreprises publiques »

Lobna Jerib libanais
Photo Anis Mili

Lobna Jeribi, ministre auprès du chef du gouvernement chargée des Grands projets nationaux a accordé une interview exclusive à L’Economiste Maghrébin (n°796).

Lobna Jeribi a évoqué, entre autres, la restructuration des entreprises publiques. Extraits :

« Je pense qu’aujourd’hui tout le monde s’accorde à dire que nous devons sauver nos entreprises publiques car le modèle actuel n’est plus soutenable.  Je dirais même qu’il détruit de la valeur pour la collectivité.

La situation financière catastrophique de bon nombre d’entreprises publiques en est la preuve. Il est donc indispensable, avec l’adhésion de tous les partenaires sociaux, d’améliorer la gouvernance des entreprises publiques.

Nous voulons en faire à terme des joyaux nationaux, des sources de richesse pour la communauté nationale assurant des prestations de services de qualité pour les citoyens et pour les entreprises.

Reste que le défi aujourd’hui est de valoriser le capital humain. Il faut acter la valorisation des compétences au sein de l’administration et de l’entreprise publique. Et c’est, me semble-t-il, le véritable défi à relever en la matière. Pour cela, nous devons leur donner plus d’autonomie de décision.

Le projet de modification de l’article 96 du Code pénal a été adopté par le Conseil des ministres en vue d’encourager les cadres de l’administration à prendre les décisions nécessaires en lien avec leur périmètre d’action.

« Il est donc indispensable, avec l’adhésion de tous les partenaires sociaux, d’améliorer la gouvernance des entreprises publiques »

Les conseils d’administration des entreprises publiques seront renouvelés sur la base du mérite et en introduisant deux administrateurs indépendants au sein du conseil. C’est dans ce sens qu’a été adopté un décret fixant les nouveaux principes relatifs au choix et à l’évaluation des performances des administrateurs – représentant la puissance publique et des administrateurs indépendants – et à leur révocation.

Dans le même ordre d’idées, une circulaire du Chef du Gouvernement vient de rappeler les exigences relatives à la publication des états financiers des entreprises publiques. Elle signifie un signal fort d’un suivi plus rigoureux par la tutelle.

Par ailleurs, la publication par le ministère des Finances de l’état de leurs créances et dettes vis-à-vis de l’Etat créera plus de transparence et permettra de contribuer à l’assainissement de leur situation financière.

J’ajouterais que l’on agit en étroite collaboration avec le ministre d’Etat, chargé de la Fonction publique et de la gouvernance, pour adopter un décret gouvernemental permettant à un certain nombre d’entreprises publiques évoluant dans un milieu concurrentiel de disposer de plus de flexibilité dans la gestion des ressources humaines et des marchés publics. Cette mesure aura pour effet une meilleure efficacité de gestion et de gouvernance de ces entreprises publiques.

En ce qui concerne les entreprises publiques sinistrées et en difficultés financières, des plans de sauvetage spécifiques sont en train d’être élaborés en concertation avec les partenaires sociaux ».

Interview réalisée par Hédi Mechri

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here