ARP : Fakhfakh dévoilera aujourd’hui, le plan de relance économique

relance économique - l'économiste maghrebin

Le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, dévoilera aujourd’hui, à l’Assemblée des représentants du peuple, le plan de relance économique. Lequel devrait permettre d’accompagner les secteurs et les entreprises dans la reprise de leurs activités. Et de se préparer pour le prochain plan quinquennal de développement.

En effet, rappelons que M. Fakhfakh donnait le 2 juin 2020, le coup d’envoi des travaux des huit commissions techniques chargées de la préparation du plan de relance économique.

A cet égard, les travaux de ces commissions portaient sur: la souveraineté nationale et le renforcement de la sécurité; la préservation des postes d’emploi; la relance par secteur; l’employabilité de la main-d’œuvre; l’adaptation aux exigences de l’étape post-COVID-19. Ainsi que la mobilisation des ressources de financement et la garantie de l’efficacité des dépenses publiques.

En outre, les commissions se penchaient sur la question de la réduction des procédures administratives; avec la numérisation de la plupart d’entre elles. Mais aussi, la concrétisation de la stratégie nationale de lutte contre la corruption. De même que le monopole, la contrebande et la réalisation des projets d’infrastructure bloqués. Ainsi que l’adoption d’une solution radicale pour le problème du bassin minier de Gafsa et de l’énergie.

Le bilan des 100 jours

Par ailleurs, le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Ghazi Chaouachi, apportait des précisions. En soulignant que M. Fakhfakh révélera la situation économique difficile par laquelle passe le pays et la réalité des finances publiques.

Par la même, il présentera le bilan de 100 jours de travail du gouvernement. Et M. Chaouachi indiquait que le chef du gouvernement présentera aussi le projet de loi des finances complémentaire (LFC) 2020. lequel ne comprendra pas, selon ses dires, « de nouvelles mesures d’impôts pour les salariés, les retraités et les entreprises économiques. Surtout que la pression fiscale actuelle est relativement élevée ». Mais elle comportera surtout « des mesures visant à limiter l’évasion fiscale et l’économie parallèle; et à renforcer la lutte contre le blanchiment d’argent ».

Pour rappel, la Tunisie enregistrerait à la fin de cette année, un taux de croissance négatif de l’ordre de 4,4%. Contre un taux de croissance positif de 2,7% prévu par la loi de finances initiale 2020. Le taux d’inflation en Tunisie s’est stabilisé, en mai 2020, à 6,3%. Quant au solde de la balance commerciale, il a atteint (à fin mai) près de 6,1 milliards de dinars. Et le déficit budgétaire s’est aggravé de 48,3%, à la fin du premier trimestre 2020, à 1,4 milliard de dinars. La dette publique frôle les 80% du PIB.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here