La Banque mondiale approuve un financement de 500 millions de dollars en faveur du Maroc

Maroc Banque mondiale

La Banque mondiale annonce que son Conseil des administrateurs a approuvé lundi un financement de 500 millions de dollars. Il appuiera les importantes réformes politiques nécessaires à la mise en place d’un environnement propice à la transformation numérique au Maroc.

Ainsi, il s’agit de la première d’une série de trois opérations. La Banque mondiale souligne que ce financement, à l’appui des politiques de développement (DPF) en faveur de l’inclusion numérique et financière, s’appuie sur les réformes déjà engagées par les autorités. Il vise à améliorer l’inclusion financière en permettant aux entreprises et aux ménages d’avoir accès à des infrastructures et des services numériques plus concurrentiels.

Et d’ajouter qu’il a aussi pour objectif de stimuler la croissance du secteur privé. Et ce, en facilitant l’accès au financement des start-up et des jeunes entrepreneurs.

De nouvelles opportunités de développement

Car, « l’épidémie de COVID-19 a démontré l’importance primordiale de la transformation numérique. Pour assurer la continuité des services et favoriser l’innovation. Depuis le déclenchement de cette crise, le Maroc a accéléré sa transition numérique. Démontrant sa capacité à passer à la vitesse supérieure. Aujourd’hui plus que jamais, la numérisation offre au Maroc de nouvelles opportunités de développement. Qu’il s’agisse de fluidifier les transactions économiques que d’améliorer la prestation des services aux entreprises et aux particuliers ». C’est ce que souligne Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb.

Avec ce nouveau financement, il s’agit de doper ce potentiel. Et de mettre à profit le levier de la transformation numérique au service d’une croissance plus inclusive.

Ainsi, les objectifs du DPF ont été révisés pour prendre en compte les nouvelles priorités liées à la pandémie. Il viendra soutenir les efforts déployés par les autorités en vue de numériser des services essentiels pour les ménages et les entreprises; ainsi que renforcer leur résilience.

De ce fait, l’accès au financement passera à travers: des services financiers numériques; des possibilités de crédit; des programmes de protection sociale; et des produits d’assurance. « Il permettra aux particuliers et aux ménages de lancer ou développer une activité; d’investir dans l’éducation et la santé, de gérer les risques et d’améliorer leurs conditions générales de vie ». C’est ce qu’explique Djibrilla Issa, spécialiste principal du secteur financier et co-responsable du projet.

Ouvrir la voie à la transformation numérique

En plus de promouvoir la microfinance, le programme facilitera l’accès aux devises pour les start-up.

De même, le programme viendra soutenir des réformes indispensables en faveur de la concurrence. Mais aussi de l’accès universel aux services du secteur des télécommunications et de l’internet haut débit. Il ouvre ainsi la voie à la transformation numérique des entreprises et des administrations.

En outre, le DPF aidera à poser les jalons du programme de soutien à l’entrepreneuriat Intelaka. En appuyant des réformes propices à la croissance des start-up. Tout en créant de nouvelles catégories d’actifs; pour répondre aux besoins des entreprises innovantes en fonds d’amorçage.

Enfin, il soutient la participation des petites entreprises au système de passation des marchés publics. Et ce, dans le but de favoriser ainsi l’inclusion et la relance économiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here