AFI: Elaboration d’une carte numérique de tous les projets

AFI

L’AFI l’Agence foncière industrielle (AFI) a préparé un projet de loi. Ce dernier sera présenté prochainement, à la présidence du gouvernement. Et ce en vue de réduire les délais de réalisation des zones industrielles actuellement, de 6 ans outre 2 ou 3 ans supplémentaires pour le parachèvement des procédures, selon le PDG de l’agence Souheil Cheour.

A cet effet,  l’AFI a dû revoir, en 2018, le plan des projets programmés et a décidé de reporter la réalisation de 15 zones industrielles pour des raisons budgétaires ou de délais, et la faiblesse des ventes dans certaines régions.

En outre, la longueur et la complexité des procédures (intervention de entre 14 et 18 ministères et structures publiques) provoquent le non respect des délais et du rythme de travail en dépit du paiement au préalable d’environ 75% des coûts aux intervenants publics, a-t-il ajouté dans une interview accordée à l’Agence TAP.

A cet égard, le taux de vente n’a pas dépassé le 7% pour la zone industrielle Kasserine3 et 11% pour la zone industrielle El Krib alors que les zones industrielles de Ghraiba à Sfax et Sejnene (1er lot Bizerte) ont été carrément, boudées par les industriels.

S’agissant des prix des lots, Cheour a noté que l’AFI acquiert désormais les terrains aux prix réels après l’expiration des délais relatifs à l’acquisition des terrains destinés au développement régional au dinar symbolique.  Ce qui a provoqué la hausse des coûts et partant des prix de vente des lots aménagés.

Pour le plan de travail de l’AFI 2021/2025, l’Agence a opté pour une nouvelle orientation et pour une approche participative pour déterminer les besoins de chaque région en zones industrielles, a affirmé Cheour.

Un modèle intégré conforme aux normes internationales

L’Agence a ainsi, entamé l’aménagement des zones conformément à un modèle intégré conforme aux normes internationales et abritant toutes les commodités à l’instar des services postaux, bancaires, de transport, de restauration et de sécurité.

A cet égard, le projet « Jaafar Raouad (Grand Tunis) qui s’étend sur 120 hectares démarrera en juin 2021. Il sera le premier projet intégré en Tunisie et comprendra une zone industrielle et une zone de résidence dotées de toutes les commodités et ce moyennant 100 millions de dinars, d’après le responsable.

L’AFI a en outre signé en juin 2020, le plan d’aménagement détaillé de la zone industrielle de « Sers » au Kef, lequel sera le plus important pôle industriel et de développement dans la région et s’étendra sur 80 hectares.

Pour le PDG de l’AFI, il est nécessaire de procéder à l’avenir et progressivement à la réalisation de zones industrielles spécialisées. Et ce afin d’éviter le morcellement des zones industrielles et l’existence dans la même zone de projets polluants et d’autres non polluants.

Par ailleurs, il a annoncé que l’agence compte réaliser 8 projets industriels à partir de 2021. Et ce après avoir obtenu l’accord du Comité national d’approbation des projets publics pour la programmation de leur financement dans le budget de l’Etat.

La numérisation des activités de l’agence

Il a également, affirmé que le démarrage de la numérisation des activités de l’agence et l’élaboration d’une carte numérique de tous ses projets grâce à un financement allemand, permettra à l’investisseur de s’informer sur tous les lots qui sont en vente dans les différentes régions du pays.

Afin de remédier à l’absence d’information sur les lots en vente décriés par des industriels, l’AFI a procédé durant les mois de confinement ( Mars et Avril 2020) à l’introduction des principales données relatives aux zones industrielles sur son site officiel tout en œuvrant à les actualiser manuellement.

Cette initiative a contribué à la conclusion d’environ 50 contrats de vente durant le confinement grâce à des réunions virtuelles. Et ce pour l’octroi de lot industriel à Béja et à Sejnene (Bizerte), d’après Cheour.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here