2020 : le gouvernement aura recours à deux lois de finances complémentaires

loi de finances

L’année 2020 sera marquée par la promulgation d’une loi de finances complémentaire. Ses grandes lignes sont déjà prêtes et probablement par une seconde loi de finances à la fin de l’année ». C’est ce qu’a souligné le ministre des Finances Mohamed Nizar Yaïche. Et ce en marge d’une cérémonie organisée samedi, au village touristique de la Goulette, en hommage aux deux douaniers martyrs les lieutenant-colonnels Abdelmajid Debbabi et Hassine Mansouri  .

Il a, à cette occasion, affirmé que la première loi de finances complémentaire comprend de nouveaux axes qui sont loin du modèle classique de la loi de finances, mais ne contient pas de nouvelles mesures fiscales à l’exception du taux de 2% relatif au secteur bancaire et financier.

« L’Etat opte désormais, à partir de l’année prochaine pour la réduction de la pression fiscale. Il tend aussi à focaliser sur la relance économique et sociale ». A-t-il dit. Le ministre a souligné que les efforts seront axés sur la mobilisation de davantage de ressources fiscales sans augmenter la pression fiscale et sans toucher les couches sociales à faible revenu.

La masse salariale a atteint 19 milliards de dinars

Yaïche a fait remarquer que de nouveaux chiffres sur les finances publiques seront dévoilés au cours des prochains jours. Et d’ajouter que la situation difficile de ces finances sera surmontée si les nouvelles mesures adoptées sont appliquées à bon escient.

En ce qui concerne l’endettement extérieur, il a estimé que le chiffre atteint jusqu’à présent est de l’ordre de 60% du PNB. Et d’ajouter que avoir recours encore à l’endettement extérieur signifie que le pays ne sera plus maître de son destin.

Parallèlement, le ministre a fait savoir qu’aprés l’évaluation des derniers emprunts contractés auprès du Fonds Monétaire International, il a été convenu de lancer un autre programme plus conforme à la vision du nouveau gouvernement.

Et d’ajouter que la Tunisie a obtenu auprès du FMI, 750 millions de dollars faisant valoir l’effort des pays (France, Allemagne, Grande Bretagne, Etats Unis et Japon).Et ce pour aider la Tunisie à sortir de l’ornière de la crise.

Concernant la politique d’austérité adoptée par la Tunisie et prévue par le décret gouvernemental du  14 mai 2020, elle vise à rationaliser les dépenses de gestion et de salaires. En effet, « il s’agit de préserver les grands équilibres financiers du pays » a-t-il noté. Le ministre a précisé que la masse salariale a atteint actuellement 19 milliards de dinars.

Et d’ajouter que le problème majeur auquel fait face le pays, demeure le nombre élevé des fonctionnaires dans le secteur public (630 mille employés).

Il a, dans le même sens, souligné que l’exécutif œuvrera à rationaliser et à maîtriser les dépenses. Et ce en attendant la relace de l’économie avant de décider de nouveaux recrutements ou augmentation des salaires.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here