Achat illégal de biens immobiliers à Alicante : Walid Jalled réagit

Walid Jalled

L’affaire faisant état d’achat illégal de villas et d’appartements luxueux en Espagne n’a pas fini de livrer ses secrets.

Des informations ont circulé ces derniers temps qu’étaient impliquées dans cette affaire pas moins de 25 personnes. Elles se sont arrangées, d’après les faits rapportés, pour payer leurs acquisitions loin de tout circuit légal. Ainsi qu’en opérant des transferts d’argent de comptes étrangers pour la plupart. Un montage financier qui s’intègre dans le processus classique du blanchiment d’argent.

Le bruit a couru ces derniers jours que le groupe dévoilé jusqu’à présent était composé de médecins, pharmaciens, avocats, d’hommes d’affaires. Et même d’hommes politiques. Certains d’entre eux appartiennent à l’opposition et des partis de la coalition gouvernementale.

Intervenant sur les ondes de la radio Shems, Walid Jalled, député de Tahya Tounes, a démenti cette dernière information. Ce dernier a, en effet, nié catégoriquement qu’aucun homme politique, aussi bien proche du gouvernement que dans l’opposition ne soit concerné par ce dossier.

Walid Jalled a de la sorte réfuté les informations rapportées par les médias et les réseaux sociaux. Ces derniers ont cité parmi les bénéficiaires de ces logements de luxe, situés à Alicante en Espagne.

4 hommes d’affaires ont été placés en garde à vue

Cette déclaration fait l’écho de la décision samedi dernier du parti Tahya Tounes de poursuivre en justice tous les auteurs de ce qu’il a qualifié de rumeurs à ce propos.

Il est à rappeler que depuis deux mois, le ministère public près du pôle judiciaire économique et financier a ouvert une enquête après la découverte de transferts et de virements douteux de devises à l’étranger.

Le but étant, l’achat de biens immobiliers à Alicante, dans le sud espagnol. Et ce par le biais d’un mouvement d’argent loin du circuit réglementaire.

La police espagnole a commencé ses investigations dès qu’une information lui est parvenue concernant ce trafic. Et l’enquête de se poursuivre en Tunisie.

Notons que le vendredi 5 juin, quatre hommes d’affaires ont été placés en garde à vue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here