Rached Ghannouchi – Abir Moussi : un bras de fer qui garde encore tous ses secrets

ARP Ghannouchi Moussi

Signe du destin ou simple coïncidence de calendrier; alors que le pays se préparait hier à entamer l’ultime phase de déconfinement pour réapprivoiser le quotidien. La journée du 3 juin a été totalement consacrée aux activités de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Laquelle avait un ordre du jour qui met en filigrane le duel « tous crocs dehors » du tandem Abir Moussi – Rached Ghanouchi.

D’une part une vision portée vers l’avenir pour oublier une bien triste période, dominée par le Covid-19. D’autre part, un regard qui s’incruste dans ce présent aux multiples facettes politico-partisanes des partis agissant au sein de l’ARP. Avec au centre de l’attention le duel Ghannouchi vs Moussi.

Une naissance à terme pour séduire l’espoir dans un après meilleur. Et des gestations fébriles pour enclouer dans ce présent hésitant les divisions partisanes déjà consommées et combien critiquées.

Il faut avouer tout d’abord que loin d’être surprise, toute la classe politique appréhendait ce genre de débat. Et la tournure tragico-comique qu’il a prise hier au sein de l’assemblée. Depuis quelques temps déjà, on voyait venir comme on dit. Et la guerre déclarée entre les membres du PDL, Abir Moussi en tête; et de l’autre côté Rached Ghannouchi, en sa qualité de président de l’Assemblée.

Durant une période assez longue et jusqu’à la séance d’hier soir, on était témoin de multiples camouflets et provocations de part et d’autre. Mais, le bouquet final avait lieu, tard dans la soirée de cette  séance houleuse; avec les résultats que l’on sait.

En effet, les chiffres sont forts révélateurs; tout en enregistrant un rejet et de la motion et de ce qui en suit. Des chiffres évoluant, il faut bien l’avouer, sur fond de paradoxe. Rejet mais montée en puissance du bénéficiaire.

Remise en question

Car l’Assemblée des représentants du peuple avait, à l’ordre du jour, deux sujets à débattre. Le premier relatif à une motion présentée par le PDL. Elle avait pour objet de condamner et d’interdire toute ingérence étrangère en Libye. Le second est focalisé sur les agissements de Rached Ghannouchi en sa qualité de président de l’ARP. Précisément dans ses rapports avec une des parties en conflit en Libye. Et surtout l’épisode retenu où il a formulé ses vœux à Sarraj à l’occasion de la reprise par l’armée de la ville d’El Wattia.

Ainsi, durant des heures d’affilées nous eûmes droit à une véritable bataille rangée entre les parties prenantes dans ce débat houleux. Les membres du bloc parlementaire du PDL et les députés alliés affrontèrent Ennahdha soutenu par les députés d’El Karama.

Puis vint l’examen de la motion proposée par Moussi. Mais, comme cela a été remarqué non sans passion, elle était revisitée et reformulée après avoir été présentée. Si, au début, elle faisait allusion directement au Qatar et à la Turquie. Par la suite, et à la demande des députés, ces références ont été écartées. Cette motion a été rejetée par la plénière de l’assemblée. Car elle n’a pu obtenir le score de 109 voix pour être adoptée. Enregistrant le score de 94 voix pour, 68 voix contre et sept abstentions.

Est-ce la traversée du désert?

Par ailleurs, les débats tout au long de ce marathon parlementaire ont apporté la preuve des dissensions notoires au sein de l’assemblée. Lesquelles dissensions ne vont pas manquer de peser de tout leur poids sur les rapports entre députés de tout bord. Surtout avec la montée dans les choix de vote du PDL comme en témoignent les résultats enregistrés.

Car, les scores obtenus mettent en exergue, il faut en convenir, le succès d’Abir Moussi; bien que sa motion ait été rejetée. Signe précurseur d’une sortie manifeste, d’une mise à l’écart. Devant– autre constat notoire- la mise à l’index, de plus en plus manifeste, de Rached Ghannouchi. Puisque, désormais, il fait l’objet d’une remise en question. Non seulement par ses opposants et détracteurs; mais également au sein même de son parti et de ses sympathisants.

Voilà en effet quelques-uns des principaux enseignements du vote d’hier et du verdict de la plénière de l’ARP. Aux jours prochains de confirmer, ou– ce serait vraiment une surprise en l’état actuel des choses- d’infirmer…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here