Hassouna Nasfi: « Le retrait de confiance au président du Parlement est nécessaire »

Hassouna Nasfi réforme

Hassouna Nasfi, président du bloc parlementaire la Réforme nationale, était invité sur les ondes de Shems fm, ce jeudi 4 juin. Il y a déclaré que « certains députés ont voté contre la proposition du PDL pour rejeter l’ingérence étrangère en Libye. Et ce, uniquement parce qu’elle était présentée par Abir Moussi ».

Pourtant, Hassouna Nasfi indique que si le projet de loi avait été adopté, il l’aurait été au nom du Parlement et non d’Abir Moussi. Il exprimerait plutôt la position des parlementaires refusant toute ingérence étrangère en Libye.

Et d’ajouter: « Nous voulons une position ferme et claire émanant du Parlement et peu importe le parti qu’il la propose. »

Puis, il poursuit: « La Tunisie est toujours connue pour sa neutralité. Et pour ce qui s’est passé hier, je n’ai aucune explication. Nous n’allons pas nous arrêter, nous sommes contre toute ingérence étrangère en Libye. Il n’y a qu’une explication, les 68 députés qui étaient contre la motion proposée par le PDL sont pour l’ingérence étrangère. Et cela prouve qu’Ennahdha et Al Karama soutiennent la Turquie ».

Ensuite, il conclut: « Sur le plan politique, le retrait de la confiance au président du Parlement est nécessaire. Ce qu’a fait Rached Ghannouchi est aberrant. Il ne s’en est même pas excusé. »

Ainsi, rappelons qu’il fallait 109 voix pour que la motion passe. Et que les résultats définitifs de la proposition du PDL contre l’ingérence étrangère en Libye sont les suivants:

  • 94 voix pour;
  • 68 voix contre;
  • 7 voix neutre.

Au final, la proposition est rejetée. Il ne faudrait donc pas s’attendre à une position ferme de neutralité; alors que la Tunisie l’a toujours pratiquée.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here