Les affrontements entre les forces de l’ordre et les habitants de Jelma reprennent

Jelma

Les affrontements entre les mouvements de protestation de Jelma (gouvernorat de Sidi Bouzid) et les forces de l’ordre ont repris dans la ville de Jelma dans l’après-midi de ce mardi 3 décembre.

Même s’il y a eu un léger retour au calme à Jelma,  cela n’a pas duré longtemps. Au point que les unités de sécurité ont dû faire usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. Ces derniers ont bloqué la route nationale reliant les gouvernorats de Gafsa à Tunis et ont brûlé des pneus.

Le leitmotiv du chômage et de la marginalisation semble être la cause de ce soulèvement. L’énième dans cette région laissée-pour-compte… Neuf  ans après la révolution et tous les gouvernements qui se sont succédé, aucune attention n’a été accordée, selon leurs dires, à leurs revendications pour un mieux-être.

Rappelons que tout a commencé le  29 novembre,  suite au décès d’un jeune de la région qui s’est immolé par le feu pour protester contre ses conditions sociales difficiles.

Rappelons que le taux de chômage des jeunes de cette région de 15-24 ans s’élève à 34.7%. Ce taux est estimé à 34.3% chez les hommes et 35.5% chez les femmes.

Selon l’INS, le nombre de chômeurs estimé pour le troisième trimestre 2019 s’établit à 628.3 mille du total de la population active, contre 634.9 mille chômeurs pour le deuxième trimestre 2019. Le taux de chômage enregistré pour le troisième trimestre est de 15.1% en diminution par rapport au deuxième trimestre de 2019.

En outre, dans son  rapport sur l’attractivité régionale réalisée l’Institut arabe des chefs d’entreprise (IACE) dans son édition (2016), classe le gouvernorat de Sidi Bouzid au 13ème rang  avec un indice général de 1,94. Il s’agit d’un bien faible classement.

Cela dit, garantir la stabilité sociale, économique et politique sont les éléments clés de la réussite de transition démocratique. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here