Fédération générale des transports: « Pas de mouvements de protestation »

fédération-générale-transports-

Le secrétaire général de la Fédération des Transports (FT), Mohamed Turki, affirme que la fédération ne procédera à aucune action de protestation ou d’escalade. Et ce, après un round de négociations de plusieurs heures avec le ministre du Transport par intérim, René Trabelsi.

Ainsi, Mohamed Turki indique que la réunion portait sur la situation des transports maritimes, aériens et terrestres. Et sur la question du renvoi du secrétaire général du syndicat de base des agents d’exploitation de la Société nationale de transport interurbain, Issa Touil, par le PDG.

En effet, il estime que ce renvoi se percevait comme une provocation par la Fédération des transports. Celle-ci appelait donc mardi ses adhérents dans ses principaux syndicats de base à organiser un sit-in ouvert en solidarité avec leur collègue « victime d’un renvoi arbitraire ». Car, le syndicaliste estimait que cette décision « violait le droit syndical au sein de l’entreprise ».

Des signes positifs

Par ailleurs, le syndicaliste annonce qu’une deuxième réunion se tiendra jeudi entre la partie syndicale et le secrétaire aux Transports, Adel Jarboui, au siège du ministère. Dans ce sens, il fait état de « signes positifs en faveur de la résolution des problèmes en suspens ». Pour lui, le plus important est de soutenir les transports terrestre, aérien et maritime. Cependant, le syndicaliste souligne qu’il faut trouver un règlement au problème de ce renvoi du secrétaire général.

En outre, il démentait également l’intention de mener une grève dans le transport en réponse à ce renvoi « arbitraire ». Turki précise que la fédération avait prévu d’organiser un sit-in. Et ce, au sein de l’entreprise pour exiger de lever cette sanction. « Cet agent avait présenté son témoignage à la justice sur son entrée en Algérie pour effectuer des travaux de maintenance des autobus. Après avoir reçu les consignes de son président », a-t-il fait valoir.

Pourtant, « ce témoignage aboutissait à une série de mesures punitives. La dernière en date était son renvoi arbitraire », ajoute le secrétaire général. De ce fait, il affirme que la fédération « soutient l’engagement des autorités judiciaires dans tous les dossiers liés à des soupçons de corruption. Et ne peut défendre les personnes reconnues coupables de gaspillage de fonds publics ».

Enfin, sur un autre plan, le syndicaliste révèle que la partie syndicale perçoit des signes positifs. Avec notamment l’augmentation du budget des entreprises de transport à 500 millions de dinars dans le budget de l’État pour 2020; contre 450 millions de dinars l’année précédente. Le syndicat se félicite de la promesse de payer des redevances pour le transport gratuit, d’une valeur de 44 millions de dinars d’arriérés pour le compte de l’État.

Source: TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here