Zouhair Maghzaoui: « Habib Jemli assure son indépendance vis-à-vis d’Ennahdha »

Maghzaoui

Zouheir Maghzaoui, le secrétaire général du Mouvement le Peuple, revient sur sa rencontre avec le chef du gouvernement pressenti Habib Jemli

Zouheir Maghzaoui rappelle une fois de plus que le Chef du gouvernement désigné insiste sur son indépendance.

Il précise:  » Lors de cette rencontre, le chef du gouvernement nous a affirmé qu’il n’est en aucun cas lié à Ennahdha ».

Evoquant son éventuelle participation au gouvernement,  M. Maghzaoui souligne qu’il est encore tôt pour parler de participation au nouveau gouvernement.

Il précise dans ce contexte:  » Nous  avons présenté notre perception ainsi que la feuille de route des programmes socio-économiques à mettre en place. Ainsi que notre approche vis-à-vis du FMI« .

Il estime que les gouvernements qui se sont succédé n’ont jamais respecté aucun programme qui servira l’intérêt des Tunisiens.

Il ajoute:  » Nous pouvons avoir des avis différents mais il faut placer l’intérêt du pays au-dessus de tout. D’ailleurs, c’est dans ce sens que M. Jemli souligne qu’il y a une priorité sur le renforcement des institutions de l’Etat.

Selon lui, le programme proposé par Ennahdha ne priorise pas le renforcement des institutions de l’Etat. « On verra les concertations dans les prochains jours », ajoute-t-il.

Rappelons que Zouhair Maghzaoui avait souligné lors des élections législatives et présidentielle que les Tunisiens ont lancé un message fort à la classe politique. Il estime que c’est un message de boycott et le retour de la prise de conscience des Tunisiens qui ont puni l’ensemble du système actuel.

Il poursuit : « Aujourd’hui, le monde change à grande vitesse et le choix des votes également. D’ailleurs la montée des idées “hors système”, du populisme et des droites extrêmes n’est pas fortuite. Partout ailleurs, les hors systèmes triomphent. Tel est le cas de l’humoriste ukrainien élu récemment président ».

En d’autres termes, le danger qui guette le vote anti-système se traduit en vote en faveur des mouvements populistes qui surfent sur les difficultés, voire les échecs accumulés, pour « vendre » le mythe d’une alternative radicale.

Enfin, cette nouvelle vague qui a déferlé sur le monde occidental prônant l’anti-système risque-t-elle d’atteindre nos rivages? Attendons voir !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here