La fripe, cette passion tunisienne par excellence

fripe - l'économiste maghrébin

La fripe est à la fois une nécessité économique et une passion tunisienne. Affirme un reportage diffusé sur la chaîne télé française TF1, le 13 novembre 2019.

En effet, les données exposées par ce reportage réalisé par la journaliste Patricia Allemonière souligne l’importance de la fripe en Tunisie. Notre confrère affirme que la Tunisie est « l’une des plaques tournantes de ce marché en pleine expansion ». En effet, après le tri et le reconditionnement, les habits seront revendus sur le marché local. Et exportés en Asie et en Afrique. Mais aussi réexportés en France.

En effet, pour montrer la passion des Tunisiens à la fripe, le reportage a montré l’exemple d’une femme médecin passant à la fripe chaque matin avant de passer à son cabinet. De ce fait, il s’agit d’un « business où tout se négocie ». Malheureusement, les ouvrières chargées du tri des conteneurs des habits de seconde main sont « payées moins de six fois qu’en France ».

Par ailleurs, si la fripe fait le bonheur d’une grande majorité de Tunisiens. Ce bonheur n’est point partagé avec les commerçants du prêt-à-porter. En effet, la loi a limité le quota de la quantité importée de la fripe en Tunisie à 12% des importations de textile. (10500 tonnes annuellement). Mais aucun commerçant n’a respecté cette loi.

De plus, ce commerce nécessite une autorisation du gouverneur. Etant donné que c’est un commerce destiné aux personnes démunies. Pis encore, la loi qui régit le secteur  existe depuis 1995, mais elle n’est pas appliquée. Malgré son activation en 2017.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here