Efficacité énergétique : un chef de file tunisien pour med-EcoSuRe, un projet de 2,9 millions d’euros

Med-EcoSuRe

Le Centre Méditerranéen des Energies Renouvelables (MEDREC) organise le 23 novembre la cérémonie de lancement du med-EcoSuRe. C’est un projet financé dans le cadre de la coopération transfrontalière dans le bassin méditerranéen. Et ce, avec la présence de ses partenaires de Palestine, Italie, Espagne et Tunisie.

Notons que le budget du med-EcoSuRe est de l’ordre de 2,9 millions d’euros. Dont 2,6 millions d’euros en tant que don de l’Union Européenne. Avec une contribution de tous les partenaires à hauteur de 0,3 millions d’euros.

En effet, il s’agit du premier projet ayant un coordinateur (chef de file) tunisien (le MEDREC). Financé dans le cadre du programme CTF MED – coopération transfrontalière dans le bassin méditerranéen. Le projet porte sur la rénovation énergétique des bâtiments universitaires méditerranéens

Le lancement de ce projet se déroulera avec la présence du ministre de l’Industrie et des PME, l’Ambassadeur de la République Italienne en Tunisie. Avec la participation du ministère du Développement, de l’Investissement et la Coopération internationale et de l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie (ANME).

Ce projet a débuté le 1er septembre 2019. Il s’étend sur trois ans. Il consiste à proposer et à mettre en œuvre des solutions pour la rénovation des bâtiments universitaires méditerranéens. Portant sur les mesures d’efficacité énergétique et l’utilisation des énergies renouvelables. Et ce sur la base d’une approche collaborative entre les acteurs clés impliqués dans le domaine, sous la forme d’un « laboratoire vivant ». Objectif : éclairer et soutenir les décideurs dans l’adoption et la diffusion des résultats dans le futur.

Parmi les résultats attendus de ce projet figurent la réalisation d’un audit énergétique dans les bâtiments concernés par le projet. On s’attend également à la compilation de diverses données techniques. Relatives aux bâtiments concernés par le projet afin de sélectionner parmi les technologies au stade expérimental dans les laboratoires de recherche en énergie celles qui sont les mieux adaptées aux bâtiments en question. Et il s’agit aussi de mettre en œuvre neuf projets pilotes de rénovation de bâtiments universitaires en Tunisie, en Palestine et en Italie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here