Transformation digitale : la BH et l’IFC lancent le premier projet consacré exclusivement aux femmes

BH IFC femmes L'Economiste Maghrébin

Une cérémonie de signature du projet d’assistance technique entre la Banque de l’Habitat (BH) et la Société Financière Internationale (SFI) dans le cadre d’un projet soutenu par la Suisse s’est tenue aujourd’hui à Tunis.

Objectif : engager la transformation digitale de la banque et accroître l’inclusion financière des femmes en Tunisie.

En vertu de cet accord, deux missions d’assistance technique sont prévues. IFC accompagnera la Banque de l’Habitat pour mettre en place un ensemble de produits et services bancaires consacrées aux femmes et définir une stratégie digitale pour la banque.

La digitalisation n’est pas un luxe, c’est une réalité

« La digitalisation n’est pas un luxe. C’est une réalité. Ces deux projets sont de premier ordre pour la banque et s’inscrivent dans la continuité de sa dynamique de transformation et de sa démarche sociétale pour monter en puissance et gagner en compétitivité. » a déclaré Ahmed Rjiba, le directeur général de la Banque de l’Habitat.

De Gauche à Droite : Romain Darbellay, Directeur de Coopération Suisse, Georges Joseph Ghorra, Représentant Résident en Tunisie de SFI, Ahmed Rjiba D.G. de la BH et Ryadh Naouar, Responsable SFI.

Ce partenariat est unique en son genre car il marque le lancement du premier projet entièrement dédié aux femmes tunisiennes, et notamment les femmes entrepreneures. Il entre dans le cadre de l’engagement sociétale de la Banque de l’Habitat et de la stratégie d’IFC en Tunisie pour soutenir l’inclusion financière et créer des opportunités économiques pour les femmes.

En effet, seules 28% des femmes ont accès au circuit formel de financement. En outre, alors que seulement 14% des micro, petites et moyennes entreprises appartiennent à des femmes, près de la moitié de ces entreprises déclarent ne pas avoir accès aux services financiers.

IFC assistera également la Banque de l’Habitat dans la définition d’une stratégie digitale, permettant à la banque de proposer une expérience digitale différenciée à l’ensemble de ses clients et servir de nouveaux segments. Capitaliser sur les services financiers digitaux représente une opportunité pour mieux atteindre la population des non bancarisés et accélérer la croissance économique. Mais, à ce jour, les opportunités apportées par ces innovations restent encore peu explorées par les banques tunisiennes. Seuls 2% de la population utilisent les services financiers mobiles. Le potentiel de croissance de ce secteur est donc considérable.

« L’inclusion financière des femmes est essentielle pour l’avenir de l’économie tunisienne », a déclaré Riadh Naouar, le responsable du département Conseil d’IFC auprès des institutions financières au Moyen-Orient et en Afrique.

Et d’ajouter : « Le programme Banking on Women d’IFC aide les institutions financières locales à développer des produits et des services dédiés aux femmes entrepreneures afin qu’elles aient accès aux financements dont elles ont besoin pour développer leur entreprise. En utilisant les nouvelles technologies pour atteindre de nouveaux clients, les banques contribueront également au développement d’une croissance économique inclusive à travers le pays. »

Le projet s’inscrit dans le cadre du programme Women Banking Champions d’IFC au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, qui bénéficie des soutiens de la Confédération Suisse et du programme Global Banking on Women d’IFC. Il aide les partenaires et les institutions financières à répondre aux besoins des entreprises gérées par des femmes de manière rentable et durable. Dans le cadre de ce programme, IFC a déjà initié 40 projets de ce type dans 27 pays.


Riadh Naouar, Manager (Advisory Services, Middle East and Africa / Financial institutions Group – IFC) :

IFC« Estimée actuellement à 42%, l’inclusion financière dans la région maghrébine est moins développée qu’en Afrique subsaharienne où elle peut atteindre dans certains pays les 80%. La Banque mondiale appuie 13 projets en Afrique subsaharienne qui ont permis d’inclure l’équivalent de 13,6 millions de personnes. L’IFC a des initiatives au Maghreb pour développer et appuyer la transformation digitale.

Globalement, les marchés financiers maghrébins sont sophistiqués, mais la région n’a pas évolué pour que le secteur financier puisse inclure ceux qui n’ont pas un compte bancaire.

 On ne peut pas amener des agences bancaires partout. Le digital a besoin d’un écosystème. C’est pourquoi il faut un catalyseur pour développer les systèmes de paiement et le développement de la finance numérique; pour toucher, avec des moindres coûts et de manière durable, la population rurale à revenus instables.

En Tunisie, des avancées ont été réalisées dans ce sens et le pays a aujourd’hui une stratégie d’une finance inclusive. Ce projet pionner mené en partenariat avec la BH est le premier de son genre au Maghreb, où on essaye actuellement d’accélérer le digital. Il permettra de comprendre les besoins des personnes non bancarisées et d’identifier les services qu’ils cherchent. Certes, d’autres banques vont suivre. L’IFC est une institution de partage de savoir-faire et aide les institutions financières à se digitaliser ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here