Cybersécurité : la Tunisie en milieu de classement mondial

Cybersécurité en Tunisie L'Economiste Maghrébin

Sur la Toile, d’immenses quantités d’informations d’une importance cruciale circulent à travers ses canaux, qu’elles soient économiques ou personnelles. La cybersécurité est de ce fait centrale, pour que les espaces virtuels soient des espaces de communication et d’échanges surs.

Dans l’objectif d’évaluer les niveaux de cybersécurité dans le monde, le cabinet britannique Comparitech a mené une étude sur 60 pays , basée sur le Global Cybersecurity Index (GCI) de l’Union internationale des télécommunications.

Pour ce faire les experts ont évalué 7 facteurs au total : pourcentage de téléphones mobiles infectés par des logiciels malveillants, nombre d’attaques par des logiciels malveillants causant des dommages  financiers, pourcentage d’ordinateurs infectés par des logiciels malveillants, attaques par Telnet ,pourcentage d’attaques par des mineurs de cryptomonnaie , niveau de préparation aux cyberattaques, législation en matière de cybersécurité.

Le classement qui va du moins sécurisé au plus sécurisé, place la Tunisie à la 27ième  place. Ainsi la Tunisie fait mieux que ses homologues de la région MENA dont le Maroc (25ième) , les Emirats Arabes Unis (23ième) l’Egypte (20ième) et l’Algérie (premier). Seule l’Arabie Saoudite la devance avec 5 points d’écart.

Le Japon était le pays le plus performant

Les résultats de l’étude ont révélé que le Japon était le pays le plus performant au monde en matière de cyber-sécurité. Il a atteint des niveaux incroyablement bas dans la majorité des catégories, n’ayant qu’un score légèrement supérieur en matière de préparation aux cyber-attaques et dans la catégorie législation. Les autres pays les plus performants sont la France, le Canada, le Danemark et les États-Unis.

L’Algérie est le pays le moins performant au monde en matière de cyber-sécurité. Ce mauvais classement est le résultat de l’absence de législation en matière de cybersécurité et du taux le plus élevé d’ordinateurs touchés par des  logiciels malveillants. L’Algérie se distingue également par des scores élevés en termes de logiciels malveillants pour mobiles et un faible niveau de préparation aux cyber-attaques. L’Indonésie, le Vietnam, la Tanzanie et l’Ouzbékistan suivent par ailleurs l’Algérie dans ce classement.

Bien que certains pays aient des forces et des faiblesses évidentes, il y a une marge d’amélioration possible pour chacun d’entre eux.

Ainsi avec un paysage de la cybersécurité en changement constant, les pays doivent s’efforcer de mettre en place tous les moyens leur permettant d’avoir une longueur d’avance sur ceux qui menacent leur sécurité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here