Bassem Loukil : « Il faut que le secteur privé cherche ses propres marchés »

Bassem Loukil
portrait de Bassem Loukil

Que faut-il attendre du Forum tuniso-libyen? Peut-on parler de partenariats déjà mis en place ? Ou pas encore ?

Rencontré lors du forum, Bassem Loukil, président du TABC ( Tunisia Africa Business Council) est revenu sur les secteurs d’activités qu’il faudrait renforcer en Libye. A l’instar du secteur de la santé, l’agro-alimentaire, le secteur des services, l’industrie tunisienne sont en la matière autant de services qui peuvent être investis en Libye.

Selon lui, le chiffre d’affaires de plusieurs industries tunisiennes dépendait à 50% du marché libyen. D’ailleurs, elles n’ont pas pu trouver d’autres débouchés. « Et par conséquent, c’est un marché qui est très important pour la relance économique tunisienne, surtout pour le volet industriel »,  a-t-il souligné.

L’ordre est donc à la relance économique. En tant que secteur privé, M. Loukil a insisté sur la mise en place de programmes. En clair, proposer des solutions et résoudre le problème logistique du transport aérien et maritime. Il a ajouté dans ce sens la nécessité de créer d’autres moyens de financement des exportations vers la Libye, « même si je déplore qu’il n’y ait qu’une seule banque sur le marché libyen », a-t-il indiqué. 

Bassem Loukil : « On ne peut plus attendre que l’Etat résolve le problème »

« Il faut que le secteur privé cherche ses propres marchés et rapporte ses propres solutions. L’Etat devra  intervenir sur ce qui est stratégique. » 

Par ailleurs, présent du côté libyen, Abdelbari Shinbaro, ministre libyen des Affaires locales a mis l’accent sur la reprise de la coopération douanière entre les deux pays, mais aussi sur la facilitation des procédures. Le point en commun qui a mis tout le monde d’accord est l’ouverture prochaine des lignes aériennes et maritimes. 

En somme, ces rencontres visent, à travers les différents panels de haut niveau, à un meilleur rapprochement industriel et économique entre la Tunisie et la Libye. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here