Interview BCE : « Ma relation avec Ennahdha est terminée »

Nidaa Tounes

Le président de la République Béji Caïd Essebsi (BCE) a dressé un état des lieux de la situation politique. Il a émis aussi certaines réserves vis-à-vis du principe même du gouvernement d’union nationale.

Il a déclaré: « S’il y a quelqu’un qui doit assumer la responsabilité de l’échec du gouvernement d’union nationale, c’est bien moi. » 

Evoquant l’article 99, BCE a déclaré que les avis sont mitigés. « Personnellement, je tiens ma légitimité du suffrage universel. Le chef du gouvernement a été investi par le Parlement sans mandat électif. C’est ce qui fait la différence », a-t-il dit. Et de poursuivre: « Et je n’ai rien contre lui, car c’est moi qui l’ai proposé et je veux qu’il réussisse. D’ailleurs, je lui ai conseillé de solliciter de nouveau le vote de confiance du Parlement. Et ainsi, cela pourra faire taire tout le monde. Or il faut se rappeler que l’UGTT, l’UTICA et même l’UPL appelaient à un changement de gouvernement. » 

Et d’ajouter: « Il est vrai que Youssef Chahed c’est moi qui l’ai proposé, mais il est mal entouré. Or, c’est lui aujourd’hui qui détient le pouvoir exécutif et possède toutes les prérogatives. »

S’agissant de l’article 99, Mme Salsabil Klibi, universitaire de droit constitutionnel, a affirmé que l’usage de cet article n’a aucune raison d’être. Elle précise: « Le président a la certitude que Youssef Chahed à l’appui du Parlement. Et l’usage de l’article 99 ne se justifie que lorsque le parlement n’accorde plus sa confiance au chef du gouvernement. Il ne peut invoquer la motion de censure sans désigner le successeur du chef du gouvernement. Il peut utiliser à cet effet son pouvoir de consultation et de médiateur pour trouver la personnalité susceptible d’obtenir l’assentiment du parlement. »

Le divorce avec Ennahdha

« Ma relation avec Ennahdha est terminée à l’issue de l’initiative d’Ennahdha qui a choisi une autre démarche. Et Rached Ghannouchi et moi, nous ne ne sommes plus d’accord sur le déroulement du processus consensuel », a-t-il dit. 

L’UGTT

M. Essebsi a déclaré: « Personne ne peut ignorer le rôle de l’UGTT,  une organisation historique et qui a son poids aujourd’hui. Quant à la grève générale, elle n’aura pas lieu. L’UGTT n’ignore pas que c’est un cas de casus belli

Sa sortie par la grande porte

Il conclut: « Ma sortie se fera par la grande porte, parce que je n’ai pas d’ambitions personnelles. Et ma conscience est tranquille. » 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here