Défis et enjeux sécuritaires dans l’environnement sahélo-saharien du Maghreb

Les flux migratoires et les trafics des armes

 Tel est le thème d’une rencontre organisée aujourd’hui à l’ITES (Institut tunisien des études stratégiques).

Selon une étude présentée à l’ITES sur les défis que rencontre le Maghreb, la mise en application des solutions possibles aux différents défis de la région rencontre plusieurs difficultés.

Les pays couverts par l’étude – voisinage sahélo-saharien du Maghreb

La première partie de l’étude a porté sur l’identification des menaces communes. Marquée par une pluralité des configurations et des similitudes des défis. Il a été ainsi identifié une série de problèmes.

Il s’agit essentiellement de la crise de l’Etat, le manque de perspectives dans les domaines du développement ainsi que l’expansion du terrorisme et de l’extrémisme. Ainsi que le décloisonnement des menaces, la prédominance de la précarité, le retour des jihadistes de Daech…

La seconde partie de l’étude a porté sur les recommandations concentrées essentiellement sur la nécessité de mettre en place une approche diversifiée des actions fondée sur la coopération dans les zones frontalières. Ainsi que sur l’amélioration de la gouvernance et la préservation des droits sociaux. Sans oublier le renforcement du rôle de la société civile et la lutte contre le terrorisme.

Maghreb : l’approche sécuritaire n’est pas suffisante !

Ainsi, le déploiement militaire et sécuritaire sur les frontières communes entre les différents pays est important mais demeure insuffisant pour lutter contre les risques. A cet effet, l’étude recommande de parvenir à des solutions politiques, économiques, sociales et culturelles.

Il s’agit, notamment, de renforcer les libertés individuelles et collectives. De mettre en place la justice, de réduire les écarts entre les différentes classes et de protéger les minorités ethniques et religieuses.

L’étude sur les défis et enjeux sécuritaires dans l’environnement sahélo-saharien du Maghreb n’a pas manqué de mettre l’accent sur le danger que représente la crise libyenne dans la région. Cela nécessite, dans une première phase, la mise en place d’une stratégie commune entre les pays voisins fondée sur le dialogue et les négociations pacifiques entre les milices en conflit.

Pour des solutions communes

L’étude est parvenue à la conclusion que la lutte contre l’extrémisme, la violence, le terrorisme, la contrebande et les crimes organisés est un tout indissociable. Les solutions à ces défis devraient être communes entre les pays de la région et avec les pays des rives sud et nord de la Méditerranée et des pays membre de l’Union européenne.

Selon cette étude, il est escompté de parvenir à l’élaboration de recommandations stratégiques et politiques. Celles-ci constitueraient un cadre de cohérence globale de prévention et de lutte contre les périls sécuritaires dans la sous-région.

Recommandations qui, à la faveur des diverses itérations futures avec les intervenants et les planificateurs de la stratégie sécuritaire en Tunisie, constitueront un cadre d’orientation pour le débat avec les pays du Maghreb. L’objectif consiste à la mise en œuvre d’une stratégie commune de lutte contre les fléaux susceptibles de porter atteinte à la sécurité et à l’intégrité des pays maghrébins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here