Tourisme en peine, cherche à tout prix clientèle riche et avenante

tourisme tunisien

En ces temps de morosité où tout est restriction, privation et où tout peut basculer. En ces temps d’incertitude et d’anxiété qui frappent de plein fouet la population la plus exposée, la plus fragile, s’amuser devient un défi…

Alors, en guise de dérivatif, on plonge tête baissée dans la ferveur religieuse qui possède de ces vertus qui peuvent être autant de permis de tuer…

Sur le tapis vert, on dit faites vos jeux et les conséquences peuvent être aussi bien joyeuses que terribles. On peut aussi dire à quelqu’un, fais ta prière, comme au cinéma, pour bien lui signifier que son heure a sonné.

D’autres font la prière en pleine rue, à même la crasse, en invoquant le Très Haut pour qu’il guide leurs mains assassines en espérant le salut… Il aura suffi de quelques rafales dans un hôtel huppé d’une station balnéaire qui, depuis très longtemps, a perdu et son âme et de sa superbe, et des morts à l’arrivée. Assez pour terrasser la poule aux œufs d’or qui depuis, cherche à renaître de ses cendres tel le Phoenix… 1300 km de côtes, un Sahara à couper le souffle, des sites historiques classés au patrimoine mondial et des tas d’autres merveilles.

Enfin, et ce n’est pas rien, un pays tout proche pour des séjours à des prix qui défient toute concurrence.

Un tourisme bas de gamme

Bref, tout pour réussir une mue qui ne vient pas, même si la machine a recommencé à tourner à plein régime pour le… bas de gamme et ses effets nuisibles.

A trop dormir sur ses lauriers, on finit toujours par se laisser distancer par des concurrents sans pitié.

Et quand dans le tohu-bohu, des gens sortent pour rappeler avec fanfare et fracas à un pluriel qui se défend mollement, que son identité est unique, pas besoin de faire un dessin pour deviner l’issue.

Alors, quand vous avez en plus un nouvel automne de la colère qui se fait de plus en plus menaçant, vous vous dites en vous arrachant les cheveux de dépit, que le ciel va encore une fois vous tomber sur la tête.

Difficile d’arrêter les folies. Par contre, on peut arrêter le progrès… Et Madame la ministre Selma Elloumi Rekik aura beau nous dire que nos nuits sont plus belles que nos jours, le sélect on l’attend toujours!

«Le tourisme est comme le feu, il peut faire bouillir votre marmite ou incendier votre maison», avertit le sociologue anglais Maurice Fox que j’aime souvent citer. Il a mille fois raison.

En Algérie, près de 60 cas de choléra confirmés, croisons les doigts… Un petit conseil de dernière minute pour terminer : faites trempette en septembre, c’est extra, vous aurez la mer rien que pour vous…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here