Université : lancement d’un certificat Data Protection Officer

Data Protection Officer

 L’Université Paris-Dauphine Tunis a annoncé le lancement d’un nouveau certificat. Le thème concerne les : “Réglementations nationale et européenne sur la protection des données pour les professionnels”.

L’objectif de ce nouveau certificat est de former des Data Protection Officer pour accompagner les entreprises dans leur démarche de conformité. Il répond ainsi immédiatement aux besoins des entreprises et organisations locales pour poursuivre leur activité avec l’Europe dans le respect de la loi.

L’application du Règlement Général de la Protection des Données (RGPD) n’est plus une option pour les entreprises tunisiennes. C’est une obligation au regard des enjeux de compétitivité entre acteurs de traitements“, explique Nathalie Chiche, Responsable pédagogique Certification DPO, Université Paris-Dauphine Tunis.

La formation, d’une durée de 12 jours, se compose de six modules. A cela s’ajoute un mémoire, ainsi qu’un stage en entreprise de 40 heures.

Elle est certifiante et son volume horaire ainsi qu’une répartition entre cours, stage, mémoire et examen est conséquente.  Ainsi elle permet de remplir les critères pour postuler à la certification DPO de la CNIL en France.

La brochure et les dates clés sont détaillées sur : tunis.dauphine.fr  (executive education).

RGDP : un nouveau défi

En Europe, la protection des données est une préoccupation stratégique des entreprises.

Dans ce cadre, la Commission européenne fait évoluer le cadre juridique de la protection des données avec le RGPD applicable depuis le 25 mai 2018.

Son objectif est de mettre en place une protection harmonisée des données à caractère personnel et de favoriser les échanges.  Tant au sein de l’Europe que vis-à-vis du reste du monde.

Même si la Tunisie a adhéré à la convention n°108 en novembre 2017, l’UE peut ne pas la reconnaître pays adéquat. Ceci étant, depuis l’application du RGPD les transferts de données vers la Tunisie (comme hors de l’UE) sont interdits. Cela ne concerne pas les cas strictement définis aux articles 44 et suivants du RGPD. À l’heure de sa transition au numérique, la Tunisie ne peut l’ignorer.

Ainsi, toutes les entreprises tunisiennes utilisant des données personnelles dans leurs transactions avec l’UE doivent se conformer à cette nouvelle réglementation. Celle-ci leur permettra de continuer à travailler avec les Etats de l’Union européenne. Il s’agit essentiellement es bandques, des centres d’appel, des sociétés de services…

Pour certains organismes, publics ou privés, la désignation d’un DPO est obligatoire dans un certain nombre d’hypothèses.

Cependant, sa désignation est vivement encouragée. Même lorsqu’elle n’est pas obligatoire, tant au regard du principe de prudence qu’au regard de principe d’accountability.

Car en cas de violation du RGPD, le montant des sanctions prévues va jusqu’à 20 millions d’euros. Dans le cas d’une entreprise, il peut aller  jusqu’à 4% du chiffre d’affaires annuel mondial total de l’exercice précédent.

Par

Publié le 13/09/2018 à 11:12

Leave a Reply

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin

Send this to a friend