Rentrée scolaire : le temps des écoliers …!

Rentrée scolaire L'Economsite Maghrébin

La rentrée scolaire redéfinit les enjeux de l’enseignement et examine régulièrement l’état des lieux, en relation avec les attentes des citoyens : choix des spécialisations, horizons d’avenir, préparation de la société de demain, adaptation au marché du travail.

Le blocage progressif et plutôt spontané des acquis de l’ère bourguibienne- enseignement obligatoire et gratuit, ouverture et tolérance, culture monde- suscite un réveil citoyen qui met à l’ordre du jour un rappel à l’ordre.
L’instauration d’un despotisme intellectuel, l’inquisition culturelle et l’esprit daéchien, épreuves de notre temps, suscitent l’inquiétude.

La nouvelle donne fait valoir la nécessité de revoir la culture globale de l’éducation.
Comment assurer la refonte du collège, pour répondre aux défis de la société contemporaine, en assurant la formation de nouvelles générations répondant aux nouvelles exigences ?

Libérer la pensée

Le ministre évoque volontiers des projets de numérisation, des changements de dernière minute des programmes, des nouvelles dispositions « révolutionnaires », notamment la digitalisation des procédures d’inscription à distance pour les élèves de l’enseignement de base et du secondaire pour l’année scolaire 2018/2019 qui a débuté le jeudi 29 août 2018.

Au-delà de la grille de lecture de ces mesures opportunes mais bien insuffisantes, l’éducation doit instituer une pensée pédagogique nouvelle.
L’école tunisienne se complait dans la mémorisation, alors qu’il est nécessaire d’accorder la priorité à l’esprit critique. La démocratie tunisienne nécessite la formation de jeunes qui pensent par eux-mêmes, après la mise à l’épreuve du terrorisme de la pensée, qui a suscite les dérives : absolutisme intellectuelle, esprit d’inquisition, recours au terrorisme…
Il faut libérer la parole actuellement prisonnière de l’école traditionnelle, généraliser, dans toutes les sections du bac, l’enseignement des grandes écoles de la philosophie et mettre fin à tous les tabous auto-institués.

Gratuité de l’enseignement

Cette mesure bourguibienne, dont on se plait à rappeler l’opportunité aurait été mise à l’épreuve, selon certains, par la pratique des heures supplémentaires : des parents s’en plaignent.
D’autre part, on signale la cherté des fournitures scolaires dont le prix aurait augmenté de 35% cette année.

Ne sous-estimons guère l’effort du ministère qui subventionne le papier. Malheureusement, les cahiers bénéficiant de compensation, auraient disparu du marché.
Chaque année, 100 mille enfants de moins de seize ans quittent l’école (affirmation de l’UGTT, 7 septembre 2018). Pour certains, leurs parents trouveraient des difficultés à payer les frais de scolarité.

Par

Publié le 13/09/2018 à 08:17

Leave a Reply

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin

Send this to a friend