Nidaa Tounes ferait partie de l’opposition!

Nidaa Tounes L'Economiste Maghrébin

Les dés sont-ils jetés ou pas encore à Nidaa Tounes? Cela fait plus de deux ans qu’on  parle de tiraillements, de mainmise sur le parti, ou encore de démissions collectives. En clair, Nidaa Tounes a encore fait des siennes. Depuis l’annonce de la démission des huit députés, puis d’un neuvième membre Wissem Saïdi, il semble que le navire est en train de couler.

Cela dit, après la réunion du bureau politique d’hier, Nidaa Tounes s’est déclaré appartenir désormais à l’opposition. Khaled Chouket, qui s’est exprimé sur les ondes radiophoniques, a rappelé qu’en ce début d’année parlementaire, Nidaa Tounes ne tolérera pas l’échec gouvernemental.

Il déclare: «Nous n’avons nullement l’intention d’assumer les résultats de l’échec de Youssef Chahed qui n’a pas respecté le programme essentiel du parti.»

Selon lui, en politique et dans un processus de transition démocratique, il est important  d’accepter les règles du jeu, à savoir faire le choix d’être au pouvoir ou dans l’opposition. Il précise dans ce contexte: «Nidaa Tounes présentera ses excuses au peuple. Tout comme il dévoilera toute la vérité. Il entame les préparatifs pour les prochaines échéances.»

Le congrès du parti Nidaa Tounes aura lieu en janvier 2019

Par ailleurs, Ridha Belhaj, un des dirigeants du parti, a fait savoir que le congrès du parti aura lieu en janvier 2019. Il avance que ce congrès sera celui de l’union et du rassemblement.

Evoquant la tentative de déstabilisation  menée par le chef du gouvernement Youssef Chahed au sein du parti Nidaa Tounes, M. Belhaj a souligné: «Je l’ai dit à maintes reprises depuis sa nomination que cette personne ne fera que détruire le parti. D’ailleurs, il l’a fait avec Al Massar, Afek Tounes et d’autres. Or ce sont des méthodes politico-politiciennes de calculs, sans morale, qui ont été utilisées. Et quand on fait de la politique, il y a des règles. La politique a ce privilège d’édicter elle-même des règles et des valeurs à ne pas dépasser. Il a trouvé le point faible en utilisant des hommes d’affaires. Je dis que les députés ne devraient pas être des hommes d’affaires.»

Selon lui, il devrait démissionner. Mais en clair, «nous connaissons son jeu, il veut rester quoiqu’il advienne jusqu’en 2019 pour qu’il puisse continuer à utiliser les institutions de l’Etat à des fins électorales. D’ailleurs, s’il croit qu’il a fait une alliance avec Ennahdha,  ce ne sont que de petits calculs. Ennahdha fait sa politique, mais cette alliance ne va pas durer», poursuit-il.

Il conclut: «Youssef Chahed ne représente plus Nidaa Tounes. Quant à mon avis personnel, il devra  démissionner et/ou être exclu du parti. Il n’a aucune horizon. Sur le plan démocratique, il est condamné. Et l’instabilité socio-économique a entraîné tous les indicateurs dans le rouge. D’où un bilan négatif et c’est la faillite du pays.»

 

Par

Publié le 12/09/2018 à 08:14

Leave a Reply

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin

Send this to a friend