Services bancaires : indices de satisfaction des clients

services bancairesServices bancaires : indices de satisfaction des clients

L’Organisation tunisienne de l’information du consommateur (OTIC) a annoncé les résultats d’une enquête qui porte sur la qualité des services bancaires au sein des banques tunisiennes, aujourd’hui 11 juin, lors d’une conférence de presse tenue dans son centre d’appel. 

L’enquête a été menée par l’Académie des droits du consommateur relevant de l’Organisation tunisienne de l’information du consommateur sur un échantillon de 2415 clients de banques tunisiennes et d’institutions financières. Il en ressort que 74% des interrogés ne font pas confiance à la transparence au sein des banques, 92% des interrogés ne connaissent pas le poste de médiateur bancaire, 94% des interrogés ne connaissent pas la nature des services offerts gratuitement par la banque, 96% des personnes questionnées n’ont pas comparé entre les différents tarifs bancaires de plusieurs banques avant d’ouvrir un compte bancaire et 84% des sondés ne sont pas satisfaits par les services bancaires.

Les services bancaires critiqués par l’OTIC

L’étude rappelle, entre autres, que les banques tunisiennes assurent 45 services dont 14 services sont gratuits. D’après l’organisation les services gratuits sont :

  • l’ouverture de compte bancaire;
  • le carnet de chèque;
  • le carnet d’épargne;
  • le versement et le retrait en espèces;
  • le versement d’un chèque;
  • le virement interbancaire;
  • la consultation de solde;
  • l’extrait de compte;
  • le relevé bancaire;
  • le retrait par carte bancaire d’un DAB appartenant à la banque du client;
  • le paiement par TPE;
  • la clôture de compte;
  • le changement d’adresse;
  • le paiement de facture par internet.

Sur un autre volet, Lotfi Riahi a affirmé que les clients des banques ayant des crédits deviennent débiteurs à partir du moment où le salaire du client arrive tardivement. Le président de l’organisation a regretté cette situation. Interpellé par leconomistemaghrebin.com, Lotfi Riahi a rappelé que la révision à la hausse du TMM lèse le pouvoir d’achat du consommateur et complique l’accès au crédit. Il a indiqué que 17% des réclamations reçues par l’organisation portent sur les banques. Lotfi Riahi a plaidé pour une meilleure sensibilisation du consommateur afin qu’il connaisse ses droits à propos du secteur bancaire.

Par

Publié le 11/06/2018 à 12:32

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin