TAYARA : l’histoire d’une startup en évolution

Yassir El Ismaïli El Idrissi CEO Tayara
Yassir El Ismaïli El Idrissi, le CEO de Tayara

Des mots pour aller au fond des choses et retracer un parcours si jeune encore puisque datant de 2016,  qui d’emblée a séduit et convaincu de par la générosité et les promesses mêmes du projet. Et pour cause, il se positionne déjà en tant qu’alternative de taille d’une percée dans le monde complexe du digital. Yassir El Ismaïli El Idrissi, le CEO de Tayara retrace à rebours le chemin d’un projet à grande potentialité. Extraits d’une interview accordée à l’Economiste Maghrébin…

A la question relative au nombre de personnel recruté par l’entreprise, Yassir  précise «32 exactement, mais en fait nous permettons par nos activités à plus de 1500 jeunes de travailler et de trouver matière à gains par le biais de l’interaction entre l’offre et demande.» Et d’enchaîner : «Je comprends le motif de votre question. Vous vous demandez où sont-ils ces collaborateurs et ces acteurs de la startup – je n’aime pas le terme d’employés. Vous n’en voyez ce matin et à presque onze heures du matin que quelques-uns. Je n’en sais pas plus que vous. D’ailleurs cela ne m’intéresse pas. Ils travaillent en ce moment même là où ils sont. Ce qui nous lie c’est le contrat-objectifs. Je suis tranquille là-dessus et, touchons du bois comme on dit, jusque-là, je n’ai pas eu à me plaindre. Bien au contraire…»

D’où vient tout ce succès de  Tayara et sa manière fulgurante qui en a fait presque une station obligée dans le monde de la communication, de la publicité, via les arcanes du digital et des ressources du monde du virtuel ? Comment en si peu de temps, elle a glané et, de l’avis de tous, mérité une part de marché prépondérante dans le créneau qui est le sien ?

Réponse conséquente : le succès, c’en est vraiment un dans le monde des startups locales, est redevable aussi bien à l’homme qui en a été à l’origine et, bien évidemment, à la jeune entreprise, sa raison sociale et son potentiel de créativité. Toute une histoire en symbiose qui ne cesse de flirter avec la réussite.

A la conquête d’autres variantes

Pensant à son pays d’origine, il décide en 2011 de s’installer au Maroc où il intègre, en tant que directeur des ressources humaines «Web Help», une pointure en matière de centres d’appel dans le monde. Il y passe presque quatre ans avant de  se jeter à l’eau, comme il dit, et de créer sa propre startup «TAXIII»  , l’équivalente d’UBER en Afrique. Il s’agit là d’une concrétisation  de la technique du «management, de l’idée et de la mise en pratique d’une application visant à servir  l’interaction, via Smartphones, entre les véhicules. Glanant la réussite, il finit par vendre l’entreprise à une autre Startup, «Careem» de Dubai , qui est devenue «Careem- Maroc», tout en continuant à y occuper les fonctions de directeur  général. Voulant conquérir d’autres cieux, il débarque en 2016 à Tunis où le groupe Norvégien Schibsted, éditeur entre autres des sites LeBonCoin, Subito, Avito.ma, souhaitait donner à son site Tayara.tn une dimension beaucoup large qu’un simple site gratuit de petites annonces.

«Donner de l’espoir…»

Jamais à court d’ambition, il nous assure que son objectif est également de digitaliser le commerce local, en relevant le pari de permettre aux gens d’échanger entre eux et, surtout de faciliter un contact porteur et bénéfique pour tous. Et c’est dans cette perspective que Tayara œuvre en mettant ses potentialités à la portée de l’objectif de la startup visant  à promouvoir, par ricochet, le secteur de l’emploi. Un message d’espoir qui ne manque pas de rejaillir dans les propos de Yassir qui se dit confiant en la matière: «Notre vœu est de réussir au mieux le Match Making dont nous faisons notre devise…»; et de conclure : «J’espère que ce message sera entendu et que les jours prochains nous apporteront la preuve qu’à la conviction et la perspicacité rien ne résiste. Tayara en fait sa devise…»

Tayara par les chiffres

  • 200 à 300 mille visites par jour, de quoi remplir, comme le fait miroiter un slogan de l’entreprise, cinq fois le stade de Radés.

  • 11 minutes de consultation pour chaque visite.

  • 60 milliards de dinars comme valeur des biens  proposés – 90% des annonceurs ont recours à Tayara.

  •  Entre 2 et 2.5 millions d’individus contactent mensuellement Tayara.

  •  Potentiel du marché : 62 pour cent des Tunisiens sont connectés à internet. Ils seront de l’ordre de 90 pour cent d’ici 2020.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here