Marché financier tunisien : le bilan de l’année 2017

Marché financier L'Economiste Maghrébin

Les résultats globalement positifs enregistrés au niveau du marché financier tunisien en dépit d’une conjoncture nationale et internationale délicate, sont  de nature à encourager la poursuite des réformes déjà entreprises afin de renforcer le rôle du marché financier tunisien dans la collecte de l’épargne, pour l’orienter vers le développement de la croissance économique et le raffermissement de ses fondamentaux structurels.

A ce titre, un accroissement de la part du marché financier dans le financement de l’investissement privé est attendu au vu des opérations d’introduction en bourse déjà programmées et que le Conseil du marché financier œuvrera activement à encadrer, afin d’assurer les conditions de leur réussite.

Le Conseil du marché financier va également s’atteler à accroître ses efforts en matière de diffusion de la culture financière auprès de l’ensemble des épargnants, aussi bien au sein des milieux professionnels qu’académiques et ce, à travers l’organisation de nombreux colloques et séminaires de formation concernant toutes les problématiques inhérentes au marché boursier et aux valeurs mobilières qui y sont négociées. Ceci est de nature à mieux faire connaître les principes régissant le marché financier tunisien et permettra à terme d’y attirer de nouvelles catégories d’investisseurs.

Bilan 2017 au niveau du marché financier

Le marché boursier a clôturé l’année sur un rythme ascendant. Ainsi, le Tunindex, indice phare de la Bourse de Tunis, a réalisé un résultat positif de 14,45% contre 8,86% au cours de 2016, pour clôturer l’année écoulée à 6 281,83 points. Il s’agit d’une des meilleures progressions boursières de la région MENA.

La capitalisation boursière a progressé pour sa part pour atteindre 21 852 millions de dinars contre 19 300 millions de dinars en 2016, soit une hausse annuelle de 13,22%. Cette progression de la capitalisation s’explique essentiellement par l’effet combiné de la hausse des cours des valeurs du secteur financier et bancaire et l’enrichissement de la place boursière, par la réalisation de deux opérations d’introduction qui ont permis de porter le nombre des sociétés introduites à 81 sociétés, dont 13 sur le marché alternatif de la Bourse.

Quant au volume des capitaux échangés il s’est élevé à  2 048 millions de dinars contre 1 741 MD en 2016, soit une hausse de 38,3%. Le volume quotidien des échanges a ainsi augmenté en 2017 au niveau de 9,6 MD contre 6,9 MD en 2016. L’intervention des investisseurs  étrangers a été également notable en 2017. Ainsi, leur participation dans la capitalisation boursière a atteint 23.31% ce qui témoigne de leur confiance dans les performances et la sécurité du marché financier tunisien, nonobstant l’existence d’une conjoncture économique délicate.

Au niveau du secteur de l’épargne collective, l’année 2017 a été marquée par la stabilisation de la valeur des actifs nets qui a atteint 4 361 millions de dinars avec une progression du nombre d’organismes de placement en valeurs mobilières en activité qui s’est élevé à 123 répartis entre 84 organismes de type mixte, 36 de type obligataire et 3 de type actions.

Au cours de l’année 2017, le Conseil du marché financier a diligenté et instruit plusieurs enquêtes et plaintes relatives à divers manquements ayant trait aux sociétés cotées et aux sociétés faisant appel public à l’épargne, ainsi qu’à des sociétés d’intermédiation en bourse. Certaines de ces enquêtes sont encore en cours d’instruction vu le caractère complexe des investigations, d’autres ont abouti à des sanctions disciplinaires et pécuniaires et ce, après satisfaction de l’ensemble des conditions légales y compris celles garantissant les droits de la défense.

Sur le plan des nouveautés réglementaires le Conseil du marché financier a élaboré au cours de l’année 2017 un règlement comportant les dispositions de prévention et de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme à destination des intermédiaires en bourse et des sociétés de gestion.

Suite à la publication de ce texte important, le Conseil, en concertation avec la Banque mondiale, a procédé à l’évaluation des risques sectoriels relatifs au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme, afin d’avoir une meilleure appréhension de ces phénomènes dangereux et pouvoir ainsi sécuriser le marché financier tunisien, conformément aux meilleures pratiques internationales telles qu’édictées par le Groupe d’action financière (GAFI).

Enfin et toujours sur le plan du renforcement de l’intégrité du marché boursier, le CMF a publié, en mars 2017, un règlement relatif à la prévention des manquements sur le marché (délit d’initié, manipulation de cours et diffusion d’informations trompeuses) afin de mieux lutter contre ces abus impactant négativement le bon déroulement des transactions et garantir ainsi la sécurité des investisseurs sur notre marché.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here