UIB: distribution d’un dividende de 0,650DT par action

UIB-Capitalisation-L-Economiste-Maghrebin

L’Union Internationales de Banques (UIB) a tenu, aujourd’hui, ses Assemblées générales ordinaire et extraordinaire, présidées par Kamel Néji, président du conseil d’administration, Mondher Ghazali,  directeur général et Alexandre Maymat, responsable de la Régions Afrique, Asie, Méditerranée et Outremer à la Société Générale ainsi que des représentants de la banque et des actionnaires.

A cette occasion, Kamel Néji a annoncé que l’UIB a retrouvé, ces dernières années, son potentiel de croissance. Cette croissance qui s’est consolidée d’une année à l’autre.

D’ailleurs, en dix ans, l’UIB a été aussi forte avec ses fondamentaux qui sont robustes et ses résultats qui sont en hausse, et ce, grâce à la pertinence de son modèle, la rigueur de sa gestion et la réussite dans l’exécution de la feuille de route tracée.

Ainsi, l’année 2018 est, selon M. Neji, déjà bien entamée avec des indicateurs d’activités trimestriels arrêtés au 31 mars 2018 qui font preuve de sa grande performance.

Dans le même sillage, Kamel Néji a fait savoir que pour continuer à créer de la valeur pour ses actionnaires et être compétitive, l’UIB a toujours choisi la voie des réformes pour aller de l’avant et obtenir des résultats encore meilleurs. « Notre passé nous donne une crédibilité forte pour continuer à agir, s’engager et se transformer. Notre audace réformatrice reste rigoureuse dans des domaines aussi divers, dont la conformité, la satisfaction de la clientèle, l’innovation et le développement humain », a-t-il précisé.

Dans le cadre de ces réformes, la digitalisation constitue un enjeu clé afin de placer l’UIB dans une position plus favorable à l’avenir. «Nous sommes conscients des conséquences de la révolution digitale voire la révolution humaine. Nous faisons face à une véritable transformation numérique qui force les clients à changer leurs habitudes et fait que les métiers bancaires soient bousculés avec l’arrivée de Fintech, GAFA et des opérateurs télécoms et tous les processus sont en train d’être révolutionnés », a affirmé M. Néji indiquant que pour survivre, l’UIB  doit faire sienne l’évolution digitale, s’adapter aux Big Data, à l’intelligence artificielle, à la Blockchain, à la robotique, à la Nanotechnologie…

Pour ce faire, Kamel Néji a estimé que l’UIB multiplie les efforts pour accomplir de lourdes tâches en matière de sa transformation et de ses métiers pour les adapter au numérique. « Notre vision est claire et nous allons continuer à porter l’UIB vers le haut ».

D’autre part, Il a annoncé que le défi n’est pas seulement d’ordre technologique et stratégique, mais aussi d’ordre humain. « Nous allons continuer à aligner les compétences de nos collaborateurs sur les besoins de notre banque. Notre plan est ambitieux et nous avons décidé de le mener avec détermination, et ce, en concertation avec les partenaires sociaux ».

Pour finir, Kamel Néji a annoncé que l’UIB n’a jamais été aussi forte : « Nous continuerons à être un modèle pour le secteur bancaire tunisien et au service de l’économie et du marché », a-t-il conclu.

De son côté, Mondher Ghazali est revenu sur les réalisations de l’exercice 2017 et du premier trimestre 2018 et a fait le point sur l’exécution de la stratégie 2017-2020.

Il a, dans ce sens, déclaré que l’UIB a franchi une nouvelle ligne d’arrivée avec l’élargissement de ses offres, le renforcement de son leadership sur le marché de la clientèle des particuliers, l’accélération de sa trajectoire de croissance, l’affirmation en tant que banque relationnelle de référence, l’optimisation du modèle opérationnel, la conformité des opérations ainsi qu’avec l’amélioration continue du contexte humain.

D’ailleurs, les résultats réalisés au premier trimestre 2018 devraient, selon ses propos, permettre à l’UIB de continuer à s’adapter, à se transformer et à se développer.

Pour l’exercice 2017, M. Ghazali a affirmé que cette année était un succès d’où les divers métiers bancaires ont enregistré une bonne performance.  « Cette bonne performance illustre l’implémentation de la banque dans sa stratégie 2017-2020 lancée il y a presque 11 mois, fondée notamment sur la digitalisation, la lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent, la différenciation et l’innovation ».

Fort de ces résultats, le Conseil d’administration de l’UIB a proposé la distribution d’un dividende de 13% de la valeur nominale des titres, soit  0,650 DT par action au titre de l’exercice 2017.

Il est à noter que l’UIB a désigné, hier, Mohamed Ali Ayed, administrateur représentant les actionnaires minoritaires, et ce, par voie d’élection. Il s’agit d’une première en Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here