Moez Chakchouk : « Des challenges s’imposent au niveau des systèmes de réglementation »

«Si on parle aujourd’hui de mobilité des normes et du respect des droits de l’administration, dans le contexte international, cela remet en cause les bases que nous avons connues», a annoncé aujourd’hui Moez Chakchouk, PDG de la Poste Tunisienne, lors du deuxième panel du Forum de l’Economiste Maghrébin, intitulé «Mobilité des normes et des règles : le droit et l’administration».

Plus précisément, il a indiqué que «si on parle d’internet, il n’y a plus de souveraineté des Etats et les normes ne sont pas édictées par eux, ce sont plutôt les communautés qui fonctionnent pour que tout soit développé. Ceci doit être pris en considération quand on parle de mobilité des normes ou des droits».

La Poste, comme pour toute institution historique, ajoute-t-il, a toujours évolué en fonction des progrès technologiques. «Dans ce contexte là, il n’y a pas d’autre choix pour la Poste que de suivre cette évolution technologique.»

Et tant qu’il n’y a pas de régulation, tout demeure ouvert et reste à définir par les communautés et non  par les Etats, en tant qu’autorité de régulation. Moez Chakchouk a indiqué que les Etats ont échoué à ratifier un traité, parce que certains veulent réguler pour contrôler, alors que d’autres veulent laisser les communautés continuer à jouer leur rôle.

Ainsi, dans un domaine où la mobilité des normes doit être acceptée et maîtrisée, on prend le risque d’être en marge de toutes les communautés, notamment les jeunes. Ces derniers ne font plus confiance au système classique de régulation.

Face à cette situation, plusieurs traités sont à revoir comme ceux sur la protection des données personnelles et la cybercriminalité… «Ces challenges demeurent importants surtout lorsqu’on parle d’un pays comme la Tunisie qui cherche à encourager le développement et retenir les jeunes attirés par l’étranger ».

Et de conclure que le développement futur devrait prendre en compte les questions de juridiction et de réglementation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here