Signature de contrats de développement intégré d’une valeur de 1000 MDT

Développement durable L'Economiste Maghrébin

Les contrats relevant du programme de développement intégré dans sa troisième tranche ont été signés, hier, par le ministre du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Laadhari et les 24 gouverneurs de la Tunisie, mobilisant une enveloppe globale de 1000 millions de dinars.

Ces contrats permettront de créer environ 34 mille emplois à travers les projets privés et d’infrastructure et 3 mille autres au profit des diplômés du supérieur. Ils permettront également aux conseils régionaux de gérer les montants mobilisés et d’exécuter les programmes de développement intégré.

Ainsi, la troisième tranche du programme de développement intégré cible 100 délégations situées dans les différents gouvernorats du pays, soit environ 3,7 millions d’habitants. L’objectif est de créer 12 400 projets individuels dans les secteurs de l’agriculture, les petits métiers et l’artisanat.

En outre, elle cible la formation de 8700 bénéficiaires dans les différents domaines et l’aménagement des périmètres irrigués sur une superficie de 3200 hectares, en plus de 60 zones artisanales et locaux industriels et cinq centres de travail à distance.

Cette troisième tranche prévoit aussi l’aménagement et le bitumage de 900 kilomètres de circuits ruraux et de routes urbaines et le raccordement de 8 mille familles au réseau d’approvisionnement en eau potable.

Sa réalisation se fera sur deux tranches. La première concernera la réalisation de 54 projets qui ont démarré en 2011 et une deuxième relative à la réalisation de 36 projets en 2014, avec une enveloppe de 422,4 millions de dinars à fin mars 2018.

A noter que le financement de ce projet, qui sera réalisé sur la période 2018/2023, sera réparti comme suit : 700 millions de dinars provenant du budget de l’Etat, dont 400 millions de dinars mobilisés par le FADES et 300 millions de dinars accordés par le Fonds de développement agricole et de la pêche, la BTS, la BNA, la BFPME et les associations de développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here