Les PME industrielles, au cœur des orientations du gouvernement

«L’industrie et les PME: garantie du développement économique», tel est le thème de la conférence nationale organisée aujourd’hui par le ministère de l’Industrie et des petites et moyennes entreprises, en présence de Youssef Chahed, Chef du Gouvernement, Slim Feriani, ministre de l’Industrie et des PME, Samir Majoul, président de l’UTICA, Noureddine Taboubi, Secrétaire général de l’UGTT, ainsi que des représentants du secteur industriel tunisien, des chefs d’entreprise, des experts et des représentants des médias.

A cette occasion, Slim  Feriani a annoncé que le secteur industriel en Tunisie contribue à hauteur de 17% du PIB, emploie 20% de la main-d’œuvre tunisienne et accapare 90% des exportations des biens.

D’ailleurs, le secteur industriel, notamment l’industrie manufacturière, qui a enregistré une croissance de 31% durant le premier trimestre de 2018, constitue le moteur principal pour réaliser les objectifs prioritaires du gouvernement, tels que la relance de l’investissement, le développement des exportations, le développement économique et social, le développement durable et la création d’emplois. Ainsi, les PME représentent 90% du tissu industriel tunisien, soit le maillon fort de l’économie nationale.

Afin d’améliorer davantage le secteur industriel tunisien, le ministère a, selon M. Feriani, élaboré une stratégie, pour la période à venir, basée sur plusieurs axes visant à développer les exportations industrielles, les investissements industriels approuvés, l’emploi industriel, les activités industrielles à excellente technologie.

Pour ce faire, il a souligné que quatre grands axes ont été fixés. Il s’agit de l’amélioration de la compétitivité du secteur industriel, la promotion des créneaux porteurs et l’émergence de champions nationaux, l’accélération du rythme de l’investissement et l’accompagnement des PME et la promotion de la Tunisie comme hub industriel et technologique.

Parmi les mesures importantes qui ont été prises dans le cadre de cette stratégie figurent l’encouragement de l’initiative entrepreneuriale et la création de projets ainsi que le développement des PME en difficulté. « Ces mesures s’inscrivent dans le cadre du programme économique du gouvernement qui a accordé un intérêt particulier à l’investissement privé en tant que l’un des fondamentaux du développement économique et social, vu son rôle important dans l’amélioration de la productivité et la création d’emplois », a indiqué le ministre.

Et de conclure: « La PME industrielle, garantie de développement économique, est au cœur des orientations et des réformes engagées par le gouvernement pour la période à venir ».

Multiplier les efforts pour que le tissu industriel continue à jouer son rôle

Pour sa part, Samir Majoul a estimé que la sortie de crise économique de la Tunisie passe inévitablement par la réussite de l’entreprise économique, notamment au niveau de l’amélioration de sa compétitivité, la création de la valeur ajoutée et de la richesse qui profite à tous.

« Quand nous parlons de l’entreprise économique, nous parlons principalement des PME qui représentent la partie la plus importante du tissu économique national. Ces PME sont le maillon clé de l’investissement, la création d’emplois, l’exportation et de la croissance », a-t-il affirmé en précisant que son encouragement reste un choix stratégique et le travail de toutes les parties prenantes.

Malgré toutes les difficultés rencontrées en Tunisie, M. Majoul a souligné que le tissu industriel a pu survivre grâce aux chefs d’entreprise et au rôle de l’Administration. « Cette réussite de conserver relativement la compétitivité des entreprises industrielles ne doit pas nous faire oublier que nous devons multiplier les efforts pour que le tissu industriel continue à jouer son rôle important et à se développer », a-t-il dit.

A cet égard, Samir Majoul a recommandé de préparer le climat propice aux PME pour qu’elles puissent non seulement survivre, mais qu’elles soient en mesure de réaliser une nouvelle percée. « Il faut donc écouter davantage les préoccupations des chefs d’entreprise et interagir avec leurs problèmes et prendre des mesures courageuses et audacieuses, notamment en ce qui concerne l’amélioration du service public, surtout au niveau des ports tunisiens, la simplification des procédures administratives, l’accompagnement financier, la mise en œuvre d’une politique fiscale qui encourage l’investissement et n’handicape pas les PME, la lutte contre la contrebande et le commerce parallèle, l’instauration de la paix sociale… ».

Il a également recommandé de mettre en place les mécanismes nécessaires au bénéfice des secteurs et des entreprises en difficulté, notamment les secteurs du textile-habillement, cuir et chaussures, mécanique et artisanat, et ce, afin de préserver des dizaines de postes d’emploi, encourager les jeunes diplômés à créer leurs propres projets et éviter la diabolisation et la victimisation des chefs d’entreprise.

A la clôture de la session d’ouverture officielle de cette conférence nationale, une cérémonie d’hommage a été organisée en l’honneur des success stories tunisiennes, durant laquelle 15 entreprises industrielles ont été récompensées suite à une sélection faite par un jury.

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here