Amnesty International : aucune exécution n’a eu lieu en Tunisie depuis 1991

Amnesty International 2018

Selon le rapport d’Amnesty International sur la peine de mort dans le monde en 2017, la Tunisie, l’Algérie, et le Maroc et le Sahara occidental n’ont pas mis de prisonnier à mort depuis le début des années 90. Aucun de ces pays ne s’est cependant engagé à abolir la peine capitale en droit.

Toutefois, Amnesty a souligné que diverses dispositions juridiques dans chacun de ces États continuent à prévoir la peine de mort, ce qui va à l’encontre de la tendance internationale vers l’abolition de ce châtiment et vers le respect du droit à la vie.

Si aucune exécution n’a eu lieu en Tunisie depuis 1991, Amnesty International a cependant recensé 25 condamnations à mort prononcées par les tribunaux à l’issue de procès en relation avec la sécurité nationale, contre 44 en 2016, ce qui semble indiquer une tendance à la baisse. À la fin de l’année 2017, au moins 77 personnes se trouvaient sous le coup d’une sentence capitale en Tunisie.

S’agissant du Maghreb, en 2017, l’organisation a répertorié 27 condamnations à mort en Algérie, moins que les 50 recensées en 2016. Mais l’ampleur véritable de l’imposition de ce châtiment en Algérie n’est pas connue, les données officielles n’étant pas divulguées par les autorités. Quant au Maroc et au Sahara occidental, les tribunaux ont, selon des informations fournies par le gouvernement, prononcé au moins 15 condamnations à mort en 2017, contre au moins six en 2016. Quelque 95 personnes étaient sous le coup d’une sentence capitale à la fin de l’année 2017.

« Les États de la région continuent de prendre des mesures en vue de limiter le recours à la peine capitale ou d’abolir ce châtiment, alors que l’année 2018 est déjà bien entamée, et les derniers pays du monde qui procèdent encore à des exécutions se trouvent d’autant plus isolés », a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.

Amnesty International a demandé aux autorités en Algérie, au Maroc/Sahara occidental, et Tunisie de commuer toutes les condamnations à mort, dans l’objectif d’abolir la peine capitale.

Notons que trois conférences de presse auront lieu simultanément aujourd’hui à Rabat et Tunis à l’occasion du lancement officiel du rapport sur la peine de mort dans le monde en 2017.

Par

Publié le 12/04/2018 à 10:25

Leave a Reply

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin

Send this to a friend