Patrice Bergamini : créer un écosystème favorable au retour des compétences

Patrice bergamini

L’accélération des départs à l’étranger des jeunes professionnels et des étudiants tunisiens est claire. Dans plusieurs secteurs, la question des départs des compétences semble devenir préoccupante. Ces départs posent des défis aux entreprises, aux établissements publics et à la société. La préservation de ce capital humain et de la diaspora tunisienne à l’étranger est une urgence.

Il est vrai que la mobilité des compétences est perçue comme une menace et assimilée à la fuite des cerveaux, alors qu’elle peut être aussi perçue comme une opportunité et un signe d’ouverture et d’internationalisation.

«Faut-il soutenir la mobilité, fuir une réalité tunisienne ou peut-on changer la réalité?», s’est interrogé M. Patrice Bergamini, ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie, lors de la conférence plénière du Forum de l’Atuge sur «La mobilité des talents : opportunités et défis pour la Tunisie».

Sur la question de l’immigration, quitter le pays est un mouvement naturel et fuir un quotidien plutôt que de choisir de changer une réalité sont les deux postulats présentés par l’ambassadeur de l’Union européenne qui n’a pas manqué de préciser qu’il faut soutenir la mobilité et changer la réalité, mais sans fuir la réalité tunisienne.

Toutefois, M. Patrice Bergamini a appelé à se poser des questions sur des sujets tabous en matière de mobilité des personnes, comme la problématique de l’octroi des visas. «L’Europe a besoin de la Tunisie et la Tunisie a besoin de l’Europe», affirme M. Bergamini.

Comment changer la réalité tunisienne?

Des Tunisiens choisissent de revenir et apportent une forte contribution à l’émergence du pays. Ils sont souvent armés d’expérience et de réseaux construits durant leurs études et débuts de carrière à l’étranger. D’autres n’oublient pas le pays et contribuent depuis leurs positions de décideurs à la création d’emploi et au rayonnement du pays par leurs success stories.

«Je suis convaincu du modèle tunisien. L’enjeu consiste à changer les défis en opportunités et créer un écosystème favorable aux gens qui reviennent au pays parce qu’il y a des retours des compétences et jeunes tunisiens», ajoute M. Bergamini qui a considéré que le retour des compétences tunisiennes au pays est intéressant, mais pour faire face aux inégalités, le mouvement vers les régions intérieures du pays est beaucoup plus important.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here